BFMTV

Hollande à Carmaux: "J'ai été élu pour le changement et je le conduirai"

François Hollande a réaffirmé les grandes lignes de son action et s'est inscrit dans les pas de "Jaurès, l'homme du socialisme".

François Hollande a réaffirmé les grandes lignes de son action et s'est inscrit dans les pas de "Jaurès, l'homme du socialisme". - -

En rendant hommage à Jean Jaurès mercredi, le président de la République a réaffirmé les grandes lignes de son action et s'est inscrit dans les pas de "Jaurès, l'homme du socialisme".

François Hollande s'est rendu à mercredi à Carmaux, dans le Tarn, pour rendre hommage à Jean Jaurès dans son propre fief. Deux ans après un discours porteur d'espoir pendant la campagne présidentielle, le président a développé une nouvelle fois les grandes lignes de sa politique. "J'ai été élu pour le changement et je le conduirai", a promis le chef de l'Etat dans un discours faisant des allers retours entre l'époque de Jaurès et la situation actuelle.

"L'optimiste selon Jaurès, c'était le courageux. Le courage c'est de supporter sans fléchir", a affirmé François Hollande, après avoir justifié son récent pacte de responsabilité. "Le travail, l'action, l'espoir c'est le cap que nous devons suivre, c'est le cap de Jaurès", a conclu le chef de l'Etat.

Hollande hué à son arrivée

"Ça fait 30 ans que des gouvernements demandent des d'efforts et qu'on n'en voit pas le sens", a-t-il lancé avant de réaffirmer que la Frace avait beoin de réformes.

"Capitalisme encore plus dur", conditions de vie "encore plus insupportables", "guerre". François Hollande a voulu rappeler le contexte dans lequel est mort Jaurès pour inviter les Français à ne pas douter de la politique. "Ce n'est rien cette réalité à côté de celle que pouvait connaître Jaurès et ses amis".

Peu avant son discours, François Hollande avait été accueilli à Carmaux par des sifflets. De nombreux riverains ont fait part de leur mécontentement vis-à-vis de la politique du gouvernement, et d'autres devant l'important dispositif policier mis en place, qui les maintenait éloignés de la cérémonie d'hommage.

Karine Lambin