BFMTV

Municipales à Paris: NKM "résiste" et veut "mettre en échec" les dissidences UMP à Paris

NKM se dit "confrontée à des manoeuvres" samedi dans le Parisien Aujourd'hui en France.

NKM se dit "confrontée à des manoeuvres" samedi dans le Parisien Aujourd'hui en France. - -

Nathalie Kosciusko-Morizet veut "mettre en échec les manœuvres" dans son propre camp qui gênent sa candidature à la mairie de Paris. Après une semaine mouvementée, elle s'en est ouverte au Parisien Aujourd'hui en France de ce samedi.

Déterminée à "mettre en échec" les "manœuvres de retardement et d'empêchement", tel est l'état d'"esprit de résistance" dans lequel Nathalie Kosciuscko-Morizet, se dit être, dans une interview publiée samedi dans Le Parisien Aujourd'hui en France.

"Des critiques, il y en a, c'est sûr! Mais, finalement, plutôt moins que par le passé à Paris, même si certains sont incurables", constate Nathalie Kosciusko-Morizet soulignant qu'il est "difficile de bousculer les vieilles habitudes, surtout quand elles sont mauvaises".

"Faire émerger une nouvelle génération d'élus"

"Mais j'ai l'objectif de faire émerger une majorité avec une nouvelle génération d'élus, quitte à créer des crispations et des tensions", assure la candidate.

"Au plan local, avec Marielle de Sarnez (MoDem) et Christian Saint-Etienne (UDI), deux personnalités que j'estime, l'accord a été facile à trouver" pour la constitution de listes communes dès le 1er tour, fait-elle valoir, relevant que "c'est du côté de la direction nationale, à l'UMP comme à l'UDI, que sont venues les réticences".

"Certains, tout en parlant de victoire, n'hésitent pas, dans l'ombre, à organiser les défaites" et "aujourd'hui encore, je suis confrontée à des manoeuvres de retardement, d'empêchement", déplore l'ex-ministre.

"Mais je le dis : elles seront toutes mises en échec, car le destin de Paris se décide dans ses quartiers, pas dans les états majors des partis politiques. J'ai une absolue confiance en la capacité des Parisiens à imposer leur loi aux appareils en tous genres", assure NKM.

NKM contre les "défaitistes" et les "velléitaires"

"Chaque combat a ses défaitistes, ses velléitaires, ses donneurs de leçons" mais "j'ai de la force pour ceux qui en manquent. Je parcours cette campagne, comme la vie en général, avec l'esprit de résistance", affirme-t-elle encore.

Elle fustige tout particulièrement l'homme d'affaires Charles Beigbeder, un proche du président de l'UMP Jean-François Copé, qui ne décolère pas d'avoir été évincé de la deuxième place dans le VIIIe arrondissement, au profit du député Pierre Lellouche, proche de François Fillon.

"Le problème avec Charles Beigbeder", juge-t-elle, "c'est qu'il m'aime trop ou pas assez. Il a fait devant moi, et pendant des semaines, une danse du ventre endiablée pour être sur mes listes. Quand cela s'est avéré impossible, il m'a agonie d'injures. On ne peut pas me reprocher d'être autoritaire et de ne pas imposer quelqu'un dont personne ne veut".

D. N. avec AFP