BFMTV

Delanoë n'a "pas de nostalgie"

Bertrand Delanoë présidait son dernier Conseil de Paris, lundi 10 février.

Bertrand Delanoë présidait son dernier Conseil de Paris, lundi 10 février. - -

Le maire de la capitale, qui a présidé ce lundi son dernier Conseil de Paris a affirmé ressentir de "l'émotion" mais "pas de nostalgie". L'opposition, elle, "ne regrette pas" son départ.

Bertrand Delanoë est encore maire de Paris, et a tenu à le faire savoir, ce lundi 10 février. Alors que l'édile présidait son dernier Conseil de Paris, il a ainsi déclaré ne pas nourrir de "nostalgie" à la veille de son départ, et vouloir travailler jusqu'au bout.

"On doit finir beaucoup de choses en termes de crèches, d'équipements, il y a le Carreau du Temple à livrer, ce n'est pas le dernier jour du travail. Le dernier jour du travail c'est le 6 avril", jour où il remettra les clés de l'Hôtel de Ville à son successeur, a-t-il déclaré.

Delanoë: "l'émotion c'est fait pour être contenu"

Ressent-il de l'émotion en ce jour symbolique? "Oui mais l'émotion c'est fait pour être contenu. Et il ne faut pas avoir de nostalgie. Il faut être dans la sérénité. Je suis heureux d'avoir servi Paris longtemps (...) J'ai été élu en 1977, j'avais 26 ans. C'est un moment tout à fait joyeux de la vie. Je n'ai pas de nostalgie, je n'ai pas de regret, je suis dans la vie et j'ai surtout du boulot pendant un mois et demi et j'entends le faire complètement", a poursuivi le maire, élu en 2001.

Le maire du Ier arrondissement et chef du groupe UMP au Conseil de Paris, Jean-François Legaret, a quant à lui affirmé ne pas "regretter" le départ de Bertrand Delanoë. "Il n'a jamais traité convenablement son opposition", a-t-il dit à la presse en marge du Conseil.

Y. D avec AFP