BFMTV

CARTE - Municipales: les villes-clés du scrutin

Les principaux "points chauds" avant le premier tour des municipales

Les principaux "points chauds" avant le premier tour des municipales - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Quelles sont les villes qui peuvent basculer? Où le Front national redistribue-t-il les cartes? Tour d'horizon des points chauds du premier tour des municipales.

Le PS rêve de Marseille, l'UMP de Strasbourg: Quelles sont les villes susceptibles de basculer? Où le FN bouscule-t-il la donne? Revue de détail des "points chauds" avant le premier tour des municipales.

Voir en plein écran

> DANS LE VISEUR DE LA DROITE

• Reims. La droite unie autour du duo Arnaud Robinet-Catherine Vautrin veut reprendre la ville gagnée en 2008 par la socialiste Adeline Hazan. Début février, un sondage CSA pour BFMTV donnait la droite gagnante en cas de duel ou de triangulaire.

• Toulouse. Pierre Cohen (PS) et Jean-Luc Moudenc (UMP) disputent aux municipales à Toulouse la revanche de 2008 dans des rôles inversés, avec une vision de la ville foncièrement opposée mais une commune antipathie l'un pour l'autre. Pierre Cohen, vainqueur en 2008, est aujourd'hui le maire sortant, et Jean-Luc Moudenc, le sortant de l'époque, son challenger. Après un sondage très favorable mi-janvier qui le créditait d'une victoire avec 56% des voix, Pierre Cohen a vu mi-février son avance sévèrement réduite dans une enquête Ipsos le donnant vainqueur avec seulement 51% des voix.

• Metz. La droite veut sa revanche sur le maire PS sortant Dominique Gros. Ce dernier, élu en 2008 après six mandats de Jean-Marie Rausch (DVD), espère tirer son épingle du jeu face à une droite longtemps divisée mais qui a réussi à s'unir in extremis derrière Marie-Jo Zimmermann (UMP).

• Pau. Pour sa troisième tentative, François Bayrou a reçu le soutien de l'UMP. Le député PS David Habib a été désigné, la sortante Martine Lignières-Cassou ne se représentant pas. Selon "le match des municipales" CSA pour BFMTV, François Bayrou l'emporterait au second tour, même dans l'hypothèse d'une triangulaire.

• Montpellier. Cette ville est devenue à risque pour la gauche, divisée. Jean-Pierre Moure (PS) doit affronter la dissidence de Philippe Saurel, exclu du PS, qui ne cesse de gagner des points dans les sondages. Situation compliquée aussi à droite, avec un FN en embuscade.

• Amiens. Le sortant PS Gilles Demailly a décidé de raccrocher après un seul mandat. La situation sociale - Goodyear - complique la tâche de Thierry Bonte, membre de l'actuelle majorité, qui affronte la candidate du Nouveau Centre Brigitte Fouré, soutenue pour l'UDI et l'UMP.

• Strasbourg. Le sortant PS Roland Ries part favori pour les prochaines élections municipales à Strasbourg, face à une droite une nouvelle fois menée par l'UMP Fabienne Keller, qui l'avait précédé à la mairie de 2001 à 2008. Roland Ries espère confirmer l'image d'une agglomération de Strasbourg rose, au milieu de la mer bleue d'une Alsace très majoritairement de droite.

• Angers. Christophe Béchu (UMP) pourrait battre le sortant Frédéric Béatse dans cette ville détenue par le PS depuis 1977. D'autant qu'un dissident, Jean-Luc Rotureau, exclu du PS, se présente.

• Caen. Le maire PS de Caen, Philippe Duron, est menacé de perdre son siège à l'issue des municipales, selon un sondage Ipsos-Steria pour France 3 Basse-Normandie publié début mars. Le candidat UMP Joël Bruneau est, en effet, donné vainqueur avec une courte majorité au second tour (51% contre 49%). Philippe Duron, 66 ans, avait ravi la ville à l'UMP en 2008, battant le maire sortant Brigitte Lebrethon. Caen n'avait jamais auparavant été administrée par la gauche.

• Bourg-en-Bresse, Roanne, Laval, Valence et Villeneuve-sur-Lot. C’est dans les villes de moins de 100.000 habitants que l’exaspération à l’égard du gouvernement est aujourd’hui la plus intense. L'UMP mise donc sur ces villes moyennes dirigées par le PS, qui peuvent rebasculer à droite au vu des derniers scrutins. Si les prises sont nombreuses, le Sénat pourrait basculer à droite dès l'automne.

> QUELLES PRISES POUR LE PS?

• Avignon: La candidate PS Cécile Helle pourrait profiter d'une triangulaire pour ravir la mairie à l'UMP. Selon un sondage Ifop en mars, elle remporterait l'élection avec 45% des voix dans une triangulaire avec le candidat UMP Bernard Chaussegros (30%) et le candidat Rassemblement Bleu Marine (RBM) Philippe Lottiaux (25%).

Marseille: Le sénateur-maire UMP sortant Jean-Claude Gaudin, candidat à un 4e mandat, affronte le PS Patrick Mennucci, les sondages promettant un score très serré. Le FN pourrait également dépasser les 20%. >> Retrouvez ici toute l'actualité sur les municipales à Marseille

• Aix-en-Provence: La droite part divisée avec la sortante UMP, Maryse Joissains, affaiblie par une enquête sur de possibles emplois fictifs et des dissidences dans son camp.

• Nancy: La succession d'André Rossinot s'annonce particulièrement ouverte à Nancy, où son héritier désigné Laurent Hénart (UDI comme lui) tient en respect son challenger socialiste Mathieu Klein, dans une ville où l'évolution sociologique et les derniers scrutins sont favorables à la gauche.

• Bayonne: La fin de la dynastie centriste Grenet qui régnait depuis 55 ans. La droite est dispersée et la liste PS élargie à des nationalistes modérés a ses chances.

• Montauban: La sortante UMP, Brigitte Barèges, livre un nouveau combat contre l'ex-maire PS Roland Garrigues. Le FN pourrait jouer les arbitres.

• Calais: La maire sortante UMP Natacha Bouchart est candidate à sa succession. Yann Capet, figure montante du PS, a lui pour ambition de replacer la ville dans le giron de la gauche. Egalement en lice: l'ancien maire communiste, Jacky Hénin, et la FN Françoise Vernalde.

• Bourges: Le maire UDI Serge Lepeltier raccroche. Pour le remplacer: trois listes à droite et autant à gauche. La socialiste Irène Félix entend enlever à la droite cet ancien bastion communiste.

> LE FN EN EMBUSCADE

• Hénin-Beaumont: La liste du Front national conduite par Steeve Briois arriverait en tête aux deux tours à Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, selon un sondage Ifop. La liste de Steeve Briois, secrétaire général du FN, est créditée de 44% des voix au premier tour devant la liste du Parti Socialiste-Europe Ecologie - Les Verts conduite par le maire sortant, Eugène Binaisse (DVG), 35%. Au second tour, l'avance relative de Steeve Briois se réduirait mais lui permettrait de rester en tête devant Eugène Binaisse, avec 50,5% des suffrages contre 49,5%. La présidente du Front national, Marine Le Pen, est présente sur la liste de Steeve Briois, "en position symbolique".

• Forbach: Le numéro deux du Front national, Florian Philippot, arriverait en tête du premier tour des municipales à Forbach en Moselle, et serait au coude-à-coude avec le maire sortant PS Laurent Kalinowski à l'issue du second tour, selon un sondage publié fin février. Forbach, 22.000 habitants, n'en est pas à son premier affrontement électoral entre Florian Philippot et Laurent Kalinowski. Aux législatives de 2012, le candidat PS avait battu le vice-président du FN, qui était tout de même parvenu à se hisser au second tour. >> Un Jour à Forbach: retrouvez tous nos reportages

Perpignan: Le candidat du Front national à la mairie de Perpignan, Louis Aliot, compte bien ravir la ville à la droite. C'est l'un des objectifs affichés du FN. Mais selon un sondage TNS Sofres, le maire sortant UMP, Jean-Marc Pujol, l'emporterait largement au second tour des municipales dans le cas d'une triangulaire.

• Saint-Gilles: Le député frontiste Gilbert Collard est candidat dans cette commune du Gard. Ses principaux adversaires: Eddy Valadier (UMP-UDI), Samuel Serre (DVD) et le maire sortant Alain Gaido (PS). Partisan du non-cumul des mandats, Gilbert Collard ne démissionnera pas de l'assemblée s'il gagne. "En 2017, j'organiserai, à mes frais, un référendum pour demander aux Saint-Gillois leur avis", plaide-t-il. En attendant, il multiplie les réunions sur l'immigration, la laïcité...

• Brignoles: Dans cette ville du Var, la gauche part unie derrière un élu sortant DVG mais aura face à elle, outre une liste UMP-UDI, une liste FN emmenée par Laurent Lopez, ex-cadre commercial qui a remporté en octobre 2013 l'élection cantonale (53,9%) face à la candidate de l'UMP.

• Fréjus: Bien que condamné en janvier à 5 ans d'interdiction de droits civiques pour prise illégale d'intérêts et récemment lâché par l'UMP et par son prédécesseur François Léotard, le maire de Fréjus, Elie Brun brigue quand même un nouveau mandat en mars, ayant annoncé faire appel de cette décision. Cet appel, suspensif, lui permettra donc de briguer un 4e mandat. Mais cette situation pourrait favoriser d'autres candidatures, dont celle du candidat FN bien implanté David Rachline. Celui-ci avait rassemblé aux législatives de 2012 dans la 5e circonscription du Var plus de 40% des voix.

>> Retrouvez les derniers sondages des municipales

De vendredi à minuit, jusqu'à dimanche 20 heures, des règles très strictes s'imposent aux candidats, mais aussi aux internautes. Conformément à l'article L. 52-2 du code électoral, il est interdit de poster un commentaire pouvant influencer le vote, ou un résultat. L'amende prévue en cas de sanction est de 3.750 euros. C’est pourquoi par mesure de prévention nous fermons aux commentaires ce week-end les articles évoquant les municipales. Merci de votre compréhension.

Hélène Favier et Olivier Laffargue