BFMTV

Élections à la Métropole de Lyon: David Kimelfeld présente son "projet"

Mobilité, écologie et démocratie participative sont les points centraux du "projet" du président de la métropole de Lyon, candidat à sa réélection.

"La voie de l'équilibre", face à "l'immobilisme de Gérard Collomb" et à "l'idéologie qui consiste à tout lire par l'écologie". C'est ce qu'espère incarner David Kimelfeld, candidat à sa propre succession à la tête de la métropole de Lyon. À l'heure actuelle, le dissident de La République En Marche se place en quatrième position dans les sondages, avec 13% d'intentions de vote, contre près du double pour Gérard Collomb.

David Kimelfeld a composé sa liste d'élus mais aussi de représentants de la société civile. Une "liste de large rassemblement, du centre à la gauche en passant par les écologistes". Le candidat a présenté son "projet" - et non son "programme" - à l'antenne de BFM Lyon.

Mobilité

C'est un axe majeur pour le président de la métropole de Lyon. Plus de lignes de métro, plus de lignes de tramway, la gratuité des transports en commun pour les moins de 11 ans et pour les personnes vivant des minimas sociaux car l'absence de mobilité est un "frein à l'insertion"... voici quelques unes des propositions de David Kimelfeld. Pour cela, le candidat entend faire passer le budget du Sytral à "plus de deux milliards d'euros." Pas question pour autant d'augmenter la fiscalité, explique celui qui souhaite faire augmenter le pouvoir d'achat.

Par ailleurs, le président de la métropole candidat à sa succession, a réitéré son souhait de résilier le contrat Rhônexpress, la navette de Vinci qui dessert l'aéroport. Un point de désaccord avec Gérard Collomb. 

Écologie

Pour "corriger le désastre écologique", la mesure forte de David Kimelfeld consiste à piétonniser la presqu'île tous les week-ends. Un projet tenable, assure-t-il: "On a fait des expérimentations, en concertation avec les habitants de la presqu'île. On est en capacité de proposer quelque chose de très concret."

Sans donner davantage de détails, le candidat dissident de LaREM a expliqué ne pas souhaiter une "transition écologique sans justice sociale et sans tenir compte des entreprises de ce territoire." "Je crois être celui qui a orienté ce grand paquebot qu'est la métropole de Lyon vers la transition écologique", a-t-il ajouté.

  • Démocratie participative

Sensibilisé à la démocratie participative par le mouvement des gilets jaunes, David Kimelfeld en fait l'un des points cruciaux de son projet. "Il y a deux volets dans ce projet, détaille-t-il. Le premier est celui de l'expérience que nous avons, nous élus, et le deuxième, qui consiste en la participation de nos concitoyens à l'élaboration de ce projet." Et le président de la métropole de Lyon d'ajouter: "Sur 2000 propositions, on en a retenu 400. Pour continuer dans cette méthode, j'ai proposé que nous ayons un budget participatif, à hauteur de 5% du budget de la métropole, pour porter les projets de nos citoyens. Nous avons aussi l'idée aussi qu'avec 50.000 signatures, les citoyens puissent porter des projets."

Le candidat insiste: "Il faut avoir une vision à 10 ans, à 15 ans" de la métropole de Lyon.

Florian Bouhot