BFMTV

L'Aisne, ce département que veut remporter le FN

Dans le département de l'Aisne, le Front national pourrait obtenir 40% des suffrages au premier tour, selon un sondage.

Dans le département de l'Aisne, le Front national pourrait obtenir 40% des suffrages au premier tour, selon un sondage. - Joël Saget - AFP

Selon un sondage, le parti de Marine Le Pen arriverait très largement en tête au premier tour des départementales dans l'Aisne, jusqu'alors dirigé par le PS. La droite serait également devancée dans ce département rural, aux portes de l'Ile-de-France.

Le parti de Marine Le Pen pourrait réaliser son meilleur score dans l'Aisne. Un sondage Odoxa publié par Le Parisien donne le FN en tête, avec 41% des intentions de vote. Loin derrière, l'UMP obtiendrait 24% des suffrages et le PS, 20%. L'an dernier déjà, le Front national avait réalisé son meilleur score aux européennes dans ce département. Le parti de Marine Le Pen pourrait réitérer son succès dans l'Aisne.

"Sociologiquement, il y a tous les ingrédients pour une victoire", analyse dans le quotidien Sylvain Crépon, chercheur à l'université de Tours, spécialiste du FN. "C'est un électorat très peu diplômé, très peu politisé, précarisé, avec beaucoup d'employés, d'ouvriers, dans une zone périurbaine".

Sentiment d'abandon et fermeture des services publics

Dans le détail, un électorat se dessine. Ainsi, les jeunes de 25 à 34 ans sont 50% à vouloir voter pour le Front national, les ouvriers interrogés sont 59% à vouloir voter pour un binôme frontiste. Des scores élevés qui peuvent s'expliquer par un taux de chômage supérieur à la moyenne (14%) et la fermeture de services publics qui favorisent le sentiment d'abandon.

La semaine dernière, Manuel Valls avait pourtant voulu adresser un message politique au département. Avec onze de ses ministres, le Premier ministre avait choisi d'annoncer le lancement du plan ruralité depuis le département de l'Aisne. Un choix ciblé puisque l'objectif du plan est justement de renforcer la présence des services publics dans les campagnes françaises. "Personne n'est dupe. Ce déplacement était frappé du sceau de la manœuvre électoraliste pour tenter de récupérer des électeurs déçus. Mais c'est trop tard", rétorque Marine Le Pen dans le Parisien.

Le front républicain contre une victoire au second tour

Du côté du PS, la bataille de dimanche semble difficile à gagner. Mais l'UMP croit encore à une victoire et pointe le PS comme responsable de la montée du FN dans le département. Si le FN a gagné du terrain dans l'Aisne, c'est "la conséquence de dix-sept ans de gestion socialiste sans envergure ni ambition pour ce département", affirme Xavier Bertrand, le député-maire UMP de Saint-Quentin.

Pour limiter les dégâts, l'UMP a misé sur des alliances avec l'UDI et sur des candidats locaux. Plusieurs paramètres pourraient empêcher le FN de remporter le département. "C'est une élection binominale, avec un second tour, défavorable au FN, et un troisième tour pour l'élection du président", détaille Sylvain Crépon. Au second tour, le front républicain pourrait donc faire barrage au parti de Marine Le Pen.

C. B