BFMTV

Egalité femmes-hommes: la mise au point de Schiappa sur les coupes dans son ministère

Marlène Schiappa a expliqué mardi soir sur notre antenne la méthode employée pour que ses services réalisent les économies demandées au sein du gouvernement. La secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les hommes et les femmes a tenté de rassurer les associations inquiètes au sujet des subventions.

Alors que, comme les autres ministères, le secrétariat d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes est tenu de faire des économies, les associations luttant pour les droits des femmes se montrent inquiètes. Elles craignent des coupes dans les subventions et redoutent un abaissement du budget, évoquant parfois une chute de 25% pour ce dernier. L'ancienne titulaire du portefeuille, Laurence Rossignol, dans une lettre au Premier ministre, a même solennellement sollicité le chef du gouvernement pour qu'il "épargne le budget consacré à l'égalité femmes/hommes".

"Les associations concernées ont été prévenues"

Sur BFMTV ce mardi soir, Marlène Schiappa, actuelle secrétaire d'Etat, a repoussé l'idée d'une coupe de 25% dans son budget: "C’est un chiffre qui ne sort de nulle part, qui n’a aucun fondement, qui ne vient de rien. D’abord, notre budget global est en cours de construction donc il n’y a pas de chiffre pour l’instant pour celui-ci."

La secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les hommes a ensuite indiqué la façon dont procédaient ses services pour réaliser des économies: "Nous avons commencé à faire des économies sur ce que l’on appelle les frais structurels, les frais de fonctionnement, c’est-à-dire qu’on a supprimé les notes de frais, on a supprimé les appels aux prestataires extérieurs."

Elle a ensuite voulu répondre aux angoisses des associations:

"Les inquiétudes des associations portent sur le montant des subventions et il n’est prévu aucune baisse de subvention pour les associations qui luttent contre les violences sexistes ou sexuelles. (...) On raisonne à partir des besoins. Les associations qui luttent contre les violences sexistes et sexuelles gardent la totalité de la subvention qu’elles percevaient jusqu’alors, les suppressions concernent des associations qui ont déjà été prévenues, à qui on a demandé de rendre des rapports d’activité qui ne les ont pas rendus ou qui en ont rendu qui ne sont pas satisfaisants. Mais ces baisses ne concernent pas des associations telles que le Planning familial ou d’autres."

Robin Verner