BFMTV

Coronavirus: des responsables politiques demandent le report des municipales

Une femme, carte électorale et enveloppe de vote à la main (Photo d'illustration).

Une femme, carte électorale et enveloppe de vote à la main (Photo d'illustration). - LOIC VENANCE / AFP

A quelques heures de l'ouverture des bureaux de vote, plusieurs responsables politiques demandent le report du premier tour des élections municipales, après la déclaration du Premier ministre Edouard Philippe annonçant le passage au "stade 3" de l'épidémie.

Restaurants, bars, cinémas. Ces établissements seront fermés à partir de ce dimanche, après l'annonce d'Edouard Philippe du passage au "stade 3" de l'épidémie de Coronavirus. Ce dimanche, c'est également le premier tour des élections municipales. Près de 45 millions d'électeurs sont appelés aux urnes pour élire leurs conseillers municipaux. 

Dans ce climat, plusieurs leaders politiques demandent le report des élections municipales. Lors d'un point presse tenu ce samedi en fin de journée, Edouard Philippe a écarté cette hypothèse. "Nous avons sollicité le conseil scientifique au regard des dernières évolutions de l'épidémie et ils nous ont confirmé que le premier tour pouvait se tenir demain (dimanche, NDLR), en respectant strictement les consignes de distanciation et de priorisation des personnes fragiles", a assuré le Premier ministre. "Dans ces conditions, les opérations de vote se dérouleront demain comme prévues".

Mais, y compris dans la majorité, certains responsables politiques estiment que ce maintien n'est pas une bonne idée, au regard de l'urgence sanitaire. Selon nos informations, Matignon persiste à maintenir le vote, malgré les demandes.

Une réunion avec les directeurs de cabinet de tous les ministres s'est tenue après les annonces d'Edouard Philippe, et la question du report du premier tour des municipales n'a pas été évoquée. Un source gouvernementale de premier plan estime que le premier tour ne peut pas être annulé en pleine nuit, et met en avant l'avis du conseil scientifique.

Selon le constitutionnaliste Jean-Philippe Derosier, l'annulation est encore techniquement possible, en "publiant un décret avant minuit". "Il faut réunir le Conseil des ministres, mais c’est faisable. En revanche, reporter le second tour en ayant organisé le premier revient à annuler tout. Donc à exposer les français demain pour... rien", assure-t-il. 

Ivan Valerio