BFMTV

Ce que coûtent les anciens chefs d'Etat à la République

Nicolas Sarkozy ici avec Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac en 2010. Il s'agit des trois anciens chef de l'Etat encore en vie

Nicolas Sarkozy ici avec Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac en 2010. Il s'agit des trois anciens chef de l'Etat encore en vie - Charles Platiau - AFP

Mediapart publie une enquête sur le régime de faveur automatique alloué aux anciens locataires de l'Elysée et de Matignon. Des chiffres impressionnants pour des dépenses pas toutes indispensables. Un rapport pour y remédier a été remis à François Hollande.

Mis bout à bout, les exemples donnés par Mediapart démontrent à quel point les anciens présidents de la République et Premiers ministres coûtent cher à l'Etat. Ainsi la République fournit à Nicolas Sarkozy 26 lignes de téléphone portable pour lui et ses conseillers mais rémunère aussi le chauffeur de Dominique de Villepin 40.000 euros par an ou une collaboratrice d'Edith Cresson 35.000 euros. Au détour des montants donné par le journal en ligne, on apprend que Valéry Giscard d'Estaing se fait rembourser ses frais d'essence alors même qu'il touche 6.000 euros mensuels au titre de son statut d'ancien président de la République. 

Dans le détail de l'enquête (des tableaux détaillés sont visibles sur Mediapart), on apprend que les ex-chefs de l'Etat coûtent 6,2 millions d'euros par an quand les anciens locataires de Matignon ont pesé près de 3 millions sur le budget entre 2011 et 2014. Outre certains frais comme la sécurité qui sont admissibles, les factures de blanchisserie, d'achats de journaux (10.571 euros pour VGE) et donc de téléphones sont plus contestables. 

Très chers collaborateurs

Les plus gros postes de dépenses pointés sont les véhicules et les collaborateurs. Pêle-mêle, on note que François Fillon et Jean-Pierre Raffarin ont deux voitures quand des enveloppes de 82.000 et 75.000 euros sont alloués aux personnels affectés de Lionel Jospin et de Jean-Marc Ayrault en 2014. Alain Juppé (102.000 euros) est encore plus haut alors que Edouard Balladur (45.000 euros) ferme la marche. 

Ce ne sont que des exemples parmi les nombreux relevés dans l'article. Mais ces avantages ne seront pas forcément éternels. Selon Mediapart, un rapport confidentiel a été remis à François Hollande. Il préconise de revoir ce régime de faveur qui comprend aussi la possibilité de se servir en tableaux dans le Mobilier national. Et si son contenu complet est toujours secret, une mesure a été entérinée: les présidents de la République sortants ne siégeront plus de droit au Conseil constitutionnel. Un poste pour lequel Valéry Giscard d'Estaing par exemple touche 12.000 euros par mois. 

S.A.