BFMTV

Zones prioritaires de sécurité, comment ça marche?

Valls et Taubira dressent à Lyon un premier bilan des ZSP

Valls et Taubira dressent à Lyon un premier bilan des ZSP - -

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls et la ministre de la Justice Christiane Taubira se rendent ce lundi à Lyon pour esquisser un premier bilan de cette mesure phare du gouvernement Ayrault.

Manuel Valls et Christiane Taubira dressent lundi à Lyon un premier bilan des Zones de sécurité prioritaires (ZSP), mises en place pour lutter contre la délinquance ancrée dans les quartiers difficiles et pour lesquelles ils devraient annoncer des "moyens".

Elus, responsables associatifs, policiers et gendarmes vont "confronter leurs expériences" des 15 premières ZSP, créées depuis septembre 2012 par le ministre de l'Intérieur qui, à plusieurs reprises, a souligné leurs "bons résultats".

Aujourd'hui, conformément aux objectifs fixés par Manuel Valls, l'on compte 64 ZSP sur l'ensemble du territoire. Une troisième vague d'une cinquantaine de territoires devrait voir le jour durant l'année 2014.

"Mener une action de sécurité renforcée"

Portées par le ministre de l’Intérieur, les zones de sécurité prioritaires (ZSP) répondent à un engagement électoral de François Hollande. L’objectif? "Mener une action de sécurité renforcée sur des territoires bien ciblés, caractérisé par une délinquance bien enracinée et de fortes attentes de la population", selon le ministre.

Le 30 juillet 2012, la circulaire INTK1229197J du ministère de l’Intérieur définit le cadre des ZSP: lutte contre les trafics, le vol, les rassemblements à proximité des habitations, les nuisances et l’incivilité. Pour cela, des moyens humains supplémentaires seront alloués aux zones concernées et la vidéosurveillance devrait, à terme, y être développée.

"Mettre le paquet là où il faut"

41 ZSP se trouvent en zone police, 5 en zone gendarmerie et les 18 restantes en zone mixte. En effet, le territoire français est découpé en deux zones: les gendarmes sont chargés de la sécurité dans les zones rurales et les zones périurbaines, alors que la police nationale est chargée des zones urbaines. Si les premiers ont en charge près de 50% de la population, les seconds doivent quadriller près de 95% du territoire.

"L'idée, c'est de mettre le paquet là où il faut, pour ce qu'il faut, avec souplesse, adaptation", avait résumé Manuel Valls le 31 juillet 2012, Place Beauvau après s'être entretenu avec les préfets.

Concrètement, les ZSP doivent assurer une cohabitation des différents services de l’Etat: police et gendarmerie, mais aussi justice, fisc ou encore différents services en charge de la répression des fraudes diverses. Ces organismes sont regroupés dans une cellule opérationnelle.

En parallèle, une cellule de coordination, regroupant les élus locaux, a été mise en place. Sa mission première concerne la prévention et l’éducation. Ce dernier thème, qui était au coeur du quinquennat Hollande, va concentrer les attentions ce lundi à Lyon.