BFMTV

Un réseau de prostitution nigérian démantelé à Paris, près de 50 millions d'euros blanchis

Des transporteurs ont été interpellés avec des valises contenant 200.000 euros. (Image d'illustration)

Des transporteurs ont été interpellés avec des valises contenant 200.000 euros. (Image d'illustration) - AFP

30 personnes ont été interpellées depuis juin dans le cadre d'une enquête d'envergure sur le blanchiment d'argent issu de la prostitution nigériane en France. Les autorités estiment qu'entre 2015 et 2018 entre 30 et 50 millions d'euros ont transité de Paris vers le Nigeria.

Ils étaient organisés, structurés et leur trafic rapportait gros. Les autorités françaises viennent de frapper en grand coup en démantelant l'ensemble du réseau en charge du blanchiment de l'argent issu de la prostitution nigériane partout en France. Au terme de 15 mois d'enquête, ce sont 30 personnes qui ont été interpellées depuis juin. Les dernières arrestations ont eu lieu cette semaine Plus de 20 ont déjà été mises en examen et écrouées. "Une première en Europe", se félicite une source policière.

L'enquête de l'office central pour la répression de la traite des êtres humains et de l'office centrale de lutte contre la grande délinquance financière (OCLGDF) a pour point de départ un réseau de proxénétisme nigérian dans le sud-est de la France. Rapidement, les enquêteurs identifient l'homme qui récolte l'argent issu de la prostitution de ces femmes mises sur le trottoir. Les sommes d'argent sont ensuite envoyées à Paris, le cash étant soit transporté par les collecteurs, soit déposé sur des comptes bancaires puis retiré dans la capitale. A la tête de ce système, deux organisations criminelles: Black Axe et Supreme Eiye Confraternity.

Des valises de 250.000 euros

D'une ville, les policiers vont se rendre compte que l'immense réseau sévit de la même manière partout en France. Lille, Strasbourg, Colmar, Lyon, Marseille, Bordeaux, Nantes, pour les plus grandes, toutes les villes françaises sont concernées. A chaque fois, le système est le même: l'argent est confié à un ou deux collecteurs. Une fois rapatrié à Paris, il est confié à un transporteur qui a la charge de le ramener au Nigeria. Tous ont été mis sous surveillance physique et électronique. Entre 2015 et 2018, les policiers estiment qu'entre 30 et 50 millions d'euros ont été blanchis par ce réseau. 

En mars puis en juin, les policiers ont intercepté deux individus. L'un s'apprêtait à prendre un avion direction une destination européenne, le second à rejoindre la Belgique. Munis d'une valise équipé d'un double fond, ils transportaient réciproquement 200.000 et 250.000 euros. Plusieurs départs de ce type avaient lieu chaque semaine. Jamais avec des vols Paris-Abuja mais en empruntant des destinations européennes puis africaines avant de rallier le Nigeria et de remettre l'argent à des groupes mafieux. Parmi les personnes interpellées, certains opéraient ainsi depuis 10 ans.

Justine Chevalier