BFMTV
Police-Justice

Seine-Saint-Denis: des policiers caillassés lors d'une intervention pour un incendie

Image d'illustration

Image d'illustration - FRED TANNEAU / AFP

Intervenus lors d'un incendie dans un quartier sensible de Seine-Saint-Denis, des policiers qui sauvaient trois enfants des flammes se sont fait caillassés.

Des policiers qui intervenaient lors d'un incendie, et qui ont sauvé trois enfants des flammes, se sont fait caillassés à la sortie de l'immeuble à Stains, en Seine-Saint-Denis. 

La police arrive en premier sur place

Alors que les violences contre les policiers sont au cœur du débat après le passage à tabac de deux policiers dans le Val-de-Marne dans la nuit de la Saint-Sylvestre, des policiers ont également été pris à partie samedi par une bande de jeunes, alors qu'ils venaient de sortir des flammes trois enfants, raconte Europe 1. 

Les trois enfants sont seuls dans l'appartement, alors que leur mère est sortie faire une course. La porte d'entrée de l'appartement s'est embrasée. "On a entendu des sons bizarres, donc on a regardé dans le couloir, et on a vu des flammes. Les deux petits ont commencé à paniquer, et j'ai appelé les pompiers. On a attendu, puis on a entendu la sirène", raconte l'aîné au micro d'Europe 1. C'est pourtant une patrouille de policiers qui arrivent d'abord sur place.

"On avait les enfants dans les bras, les projectiles auraient aussi bien pu les toucher"

Le brigadier-chef intervenu lors de cet incendie se remémore :"On avait du mal à respirer à partir du premier étage. Au troisième étage, des braises nous tombaient dessus. On s'est relayés pour mettre des coups de pied dans la porte, mais elle ne voulait pas céder. Finalement, c'est venu. On s'est engouffrés dans l'appartement, et on entendait les enfants crier", se souvient-il dans les colonnes d'Europe 1. 

Les policiers parviennent à sortir les trois enfants de l'appartement enfumé. Mais alors qu'ils quittent l'immeuble, ils se font caillasser. "On n'a pas compris, on était venu interpeller personne. On était juste venus faire notre boulot", déplore le brigadier-chef. "On avait les enfants dans les bras, les projectiles auraient aussi bien pu les toucher", dénonce-t-il. Les enfants seront ensuite confiés aux pompiers. 

S.Z