BFMTV

Sécurité routière: mortalité sur les routes en hausse de 10,1% en mai

Des policiers municipaux, près d'un radar mobile, contrôlent la vitesse des voitures. (Photo d'illustration)

Des policiers municipaux, près d'un radar mobile, contrôlent la vitesse des voitures. (Photo d'illustration) - Flickr - Ville de Miramas

Le nombre de morts sur les routes de France a augmenté de 10,1% en mai, avec 294 personnes tuées, soit 27 de plus qu'en mai 2015, a annoncé ce vendredi la Sécurité routière.

Sur les cinq premiers mois de l'année, le nombre de morts est en hausse de 3,8% par rapport aux cinq premiers mois de 2015 (1.288 morts, 47 tués supplémentaires), entretenant la tendance de fond à la hausse de la mortalité routière enregistrée depuis deux ans. Pour le seul mois de mai, ce sont 27 morts supplémentaires qui ont été recensés sur les routes par rapport à mai 2015, soit une hausse de 10,1%. 

Les ponts du mois de mai encore meurtriers

Tous les indicateurs de l'accidentalité sont à la hausse: les accidents corporels ont augmenté de 3,6% (4.913, 172 accidents de plus qu'en mai 2015), le nombre de personnes blessées de 2,9% (6.144, soit 176 blessés supplémentaires) et le nombre de personnes hospitalisées de 2,6% (2.331, 58 supplémentaires)

"Le mois de mai 2016 est caractérisé par une accidentalité très contrastée. Des accidents particulièrement graves ont endeuillé le pont de l'Ascension (62 décès du mercredi au dimanche contre 41 en mai 2015, soit 21 personnes tuées en plus) et celui de la Pentecôte avec 48 décès du vendredi au lundi, contre 32 en mai 2015, soit 16 personnes tuées en plus", souligne l'Observatoire national de la sécurité routière (ONISR) dans un communiqué.

Grèves et intempéries, bon diptyque pour l'accidentalité 

"L'accidentalité a été modérée sur la deuxième quinzaine de mai car les déplacements motorisés ont été particulièrement pénalisés par le manque de carburant et les précipitations exceptionnelles", remarque-t-il. "Ces résultats préoccupants confortent le gouvernement dans sa volonté d'appliquer toutes les mesures prises par le Comité interministériel du 2 octobre 2015", ajoute-t-il.

A.M avec AFP