BFMTV

Savoie: un étudiant fasciné par les tueurs en série soupçonné d'avoir tué

L'étudiant a changé sa photo de profil Facebook (à gauche) pour une de lui où il est grimé en zombie (à droite), quatre jours avant d'agresser un homme au couteau à Thonon-les-Bains.

L'étudiant a changé sa photo de profil Facebook (à gauche) pour une de lui où il est grimé en zombie (à droite), quatre jours avant d'agresser un homme au couteau à Thonon-les-Bains. - Capture d'écran Facebook

Un étudiant de 21 ans, fasciné depuis plusieurs années par des criminels célèbres, a avoué avoir tué sans mobile un homme de 51 ans en mai dernier à Chambéry. Il est incarcéré depuis le mois dernier, révèle Le Parisien.

"Dire que j'ai été surpris serait en deça de la réalité". Matthieu (*) a côtoyé Adrien et son colocataire presque tous les jours ces derniers mois, à Chambéry. Mais, ni lui ni le colocataire d'Adrien n'ont soupçonné un seul instant que le jeune homme "serait capable de tuer un jour", confie-t-il à BFMTV.com. Ce sont pourtant les faits qu'a reconnus Adrien B., 21 ans.

Placé en garde à vue en février dernier, le jeune homme, étudiant en psychologie, a admis être à l'origine du meurtre de Mostapha Hamadou, un homme marginal fragile psychologiquement, qui avait été retrouvé dénudé dans un parc de Chambéry le 21 mai dernier, le corps lardé de 28 coups de couteau. Un meurtre commis sans mobile, seulement parce qu'il avait ce soir-là "l'intention de tuer quelqu'un", aurait-il expliqué, rapporte Le Parisien.

Jointe par BFMTV.com, une source judiciaire livre plus de détails. "Face au juge d'instruction et aux enquêteurs, il a reconnu les faits, il s'expliquait sur ce qu'il s'était passé. Il n'a pas complètement choisi sa victime au hasard, ils ont discuté avant le passage à l'acte. Il n'avait jamais fait parler de lui avant, il n'avait pas de casier judiciaire. Une expertise psychiatrique est en cours". 

Un profil Facebook inquiétant

Des confessions qui viennent s'ajouter à des éléments glaçants, encore visibles sur le profil Facebook du jeune homme. Depuis 2010, celui-ci ne cache pas sa fascination morbide pour les personnages de tueurs en série, réels ou imaginaires. Il voue notamment une admiration pour deux d'entre eux, Hannibal Lecter, célèbre cannibale du Silence des agneaux, et Jack L'Eventreur, qui a réellement sévi dans le Londres du 19e siècle.

A propos de ce dernier, il écrit ainsi en 2011: "Il est très intelligent, il n'a jamais réussi à se faire attraper. Sans doute mon tueur en série préféré." Au sujet d'Hannibal Lecter, il écrit la même année: "Il laisse parler sa colère en se vengeant des assassins de sa soeur, je trouve ça légitime."

Alors qu'il poste une photo d'une scène de film où un homme se noie sous les yeux de son assassin, une amie lui demande s'il aime "vraiment ça".

"On ne pose pas la question quand on sait que la réponse est oui.", répond-t-il.

Humour noir ou personnalité réellement inquiétante? "En réalité, c'était un personnage assez atypique, certes avec des comportements assez étranges par moment, comme des énervements brusques et sans raison, mais c'était également un homme très cultivé et extrêmement généreux", décrit Matthieu, qui admet toutefois que le colocataire d'Adrien, très choqué, a besoin de "beaucoup de soutien" désormais.

Un autre ami, joint par BFMTV.com, décrit un garçon "réservé", "qui lisait énormément de romans policiers et passait beaucoup de son temps à jouer à des jeux vidéos", et qui "réussissait bien ses études de psychologie". "Il buvait beaucoup, très fréquemment", ajoute-t-il cependant. 

D'autres victimes par le passé?

Adrien B. a été identifié par la police presque fortuitement pour le meurtre de Mostapha Hamadou, sur lequel les enquêteurs n'avaient aucune piste depuis plusieurs mois. Le 26 décembre dernier, il est interpellé à Thonon-les-Bains, où réside sa famille, pour avoir agressé au couteau un homme de 33 ans, la veille, lors d'une rixe nocturne. Il est mis en examen, mais le juge décide de le relâcher et de le placer sous contrôle judiciaire.

Les policiers restent intrigués par le jeune homme. Et finissent par faire le rapprochement avec le meurtre non élucidé de Chambéry, où le mode opératoire était similaire à cette agression. En février dernier, il est de nouveau interpellé. Confronté aux questions des enquêteurs, il passe aux aveux. Il est aujourd'hui incarcéré en détention provisoire, et l'enquête se poursuit. Les policiers craignent en effet que le meurtrier présumé n'ait fait d'autres victimes. Ainsi, le frère de Mostapha Hamadou a mystérieusement disparu en 2012, en Savoie, révèle Le Parisien. Il pourrait s'agir d'une coïncidence, mais la justice veut en avoir le coeur net

(*) prénom modifié

Alexandra Gonzalez