BFMTV

Rocancourt mis en cause dans l'affaire du vol de cocaïne au 36 quai des Orfèvres

Christophe Rocancourt, en mai 2008.

Christophe Rocancourt, en mai 2008. - Valery Hache - AFP

L'"escroc des stars" Christophe Rocancourt est convoqué ce vendredi par un juge d'instruction dans le cadre de l'affaire du vol de cocaïne à la PJ parisienne, révélée en juillet 2014.

Rattrapé par le scandale. Christophe Rocancourt, "l'escroc des stars", est convoqué ce vendredi après-midi par un juge d'instruction dans l'affaire du vol de 52 kg de cocaïne en juillet dernier à la police judiciaire de Paris, en vue de sa mise en examen dans ce dossier pour blanchiment de trafic de stupéfiants et complicité de recel de détournement de biens par personne dépositaire de l'autorité publique, a-t-on appris de source proche du dossier.

Contact avec l'ancien membre de la brigade des stups

Le juge souhaite l'interroger sur ses liens avec Jonathan G., l'ex-membre de la brigade des stupéfiants soupçonnés d'avoir dérobé la drogue, a-t-on précisé de même source, confirmant des informations du Parisien et de RTL.

Christophe Rocancourt est actuellement écroué dans une affaire de corruption, qui a par ailleurs valu au patron de la PJ parisienne, Bernard Petit, d'être mis en examen pour violation du secret de l'instruction et suspendu de ses fonctions dans la nuit de jeudi à vendredi.

"Histoire rocambolesque"

Selon RTL, les enquêteurs ont constaté que Christophe Rocancourt, incarcéré à Fleury-Mérogis, était en contact avec Jonathan G. Ce dernier lui aurait demandé de l'aider à récupérer 200.000 euros en liquide, dont 150.000 euros cachés dans le lac de Créteil, en banlieue parisienne. Un proche de Rocancourt serait alors allé début janvier à la pêche aux billets, sans succès.

Christophe Rocancourt "conteste cette histoire rocambolesque", a assuré son avocat, Me Jérôme Boursican. Christophe Rocancourt devait sortir de détention dimanche, a-t-il précisé. "Il faut arrêter de s'acharner sur mon client qui se retrouve dans une affaire dans laquelle il n'a aucune implication. Et ce d'autant qu'il était en détention au moment des faits", a-t-il ajouté, cité par le Parisien.

Si sa mise en examen était confirmée, Christophe Rocancourt serait la dixième personne mise en cause dans cette affaire, souligne le Parisien.

A.S. avec AFP