BFMTV

Recel d'oeuvres de Picasso: deux ans avec sursis requis contre un couple de retraités

La signature de Pablo Picasso sur une de ses oeuvres.

La signature de Pablo Picasso sur une de ses oeuvres. - Cards Against Humanity

Deux ans de prison avec sursis ont été requis lundi devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence contre un couple de retraités poursuivis pour le recel de 271 oeuvres de Picasso, conservées dans leur garage pendant 40 ans.

Ils avaient été condamnés à deux ans de prison avec sursis en première instance, par le tribunal correctionnel de Grasse en mars 2015. La même peine a été requise ce lundi devant la cour d'appel d'Aix-en-Provence, contre un couple de retraités accusé du recel de 271 oeuvres de Pablo Picasso, qu'ils avaient entreposées dans leurs garage pendant 40 ans. 

Jusqu'à l'audience, l'ex-électricien Pierre Le Guennec et son épouse Danielle avaient affirmé avoir obtenu le sac qui contenait un carton avec les oeuvres des mains des époux Picasso en 1971 ou 1972, avant la mort du peintre en 1973. Le couple a présenté une nouvelle version des faits lundi, à l'ouverture de leur procès en appel.

"Vous avez menti"

"Madame Picasso Jacqueline avait des problèmes avec (le fils du peintre) Claude Picasso," a expliqué la voix tremblante Pierre Le Guennec, que la cour a présenté comme "l'homme à tout faire" du couple Picasso. Quelques mois après le décès de Picasso, "elle m'a demandé de bien vouloir mettre chez moi en réserve des sacs poubelle", entre 15 et 17, a-t-il précisé. Plus tard, elle lui aurait demandé de les lui rendre, et l'aurait invité à conserver le dernier en disant "gardez-le, c'est pour vous".

"Je ne crois pas à la version du don", soutenue par les prévenus, a affirmé lundi l'avocat général, Christophe Raffin, confirmant le jugement de 2015. "Je pense que c'est une soustraction à un Pablo Picasso vieillissant et à Jacqueline, plus que jamais focalisée sur son mari". "Sur plusieurs points vous avez menti", a lancé l'avocat général au couple. Le jugement sera rendu le 16 décembre.

C.V. avec AFP