BFMTV

Paris: la droite réclame la création d’une police municipale armée

A Paris, la future police municipale ne sera pas armée.

A Paris, la future police municipale ne sera pas armée. - Christine Poujoulat - AFP

La droite parisienne réclame la création d'une police municipale dans la capitale. Le groupe Les Républicains et indépendants présente un projet détaillé qui propose d'armer 3.200 d'agents municipaux et de créer une académie de la police municipale.

La droite parisienne présente son projet pour la création d'une police municipale. Le groupe Les Républicains et indépendants au Conseil de Paris veulent mettre fin à "l'exception parisienne", seule des dix plus grandes villes de France à ne pas disposer d'une police municipale. Les élus d'opposition insistent sur la nécessité de créer une police municipale armée pour appuyer la police nationale.

"La police nationale ne peut plus s'occuper de la sécurité du quotidien. Elle est accaparée par la lutte contre le terrorisme, avec le dispositif Vigipirate, et la sécurisation des manifestations, des visites de Chefs d'Etat et des grands événements", écrivent les élus dans leur projet, déplorant le développement de "zones de non-droit" dans Paris comme "le quartier de la Chapelle". 

Le groupe LRI, propose de transformer 3.200 agents de la Direction de la prévention de la sécurité et de la protection (DPSP) en policiers municipaux. Ces agents exercent aujourd'hui diverses missions, de la surveillance des parcs à la lutte contre les incivilités (dépôt sauvage d'ordure, épanchements d'urine) en passant par la verbalisation du stationnement gênant. La droite souhaite que ces agents devenus policiers municipaux soient placés sous l'autorité du maire de Paris et dirigés par un commissaire général de la police nationale.

Pistolets automatiques et tasers

Leur projet propose de leur donner pour missions la sécurité de proximité, la surveillance du parc social, la lutte contre l'occupation illégale de l'espace public (ventes à la sauvette etc), de relever tout flagrant délit, de dresser des contraventions contre la délinquance du quotidien (tags, pollutions sonore et visuelle, infractions routières etc) ainsi que de participer à la sécurisation d'événements publics.

Les élus souhaitent que pour l'exercice de ces missions, les policiers municipaux soient armés de pistolets automatiques et de tasers. Ils proposent aussi la création d'une académie de la police municipale parisienne au sein d'un ancien site de la préfecture de police boulevard Ney. Elle serait chargée d'assurer la préparation au concours et une formation. En tout, les élus LRI chiffrent à 25 millions d'euros le coût initial de création de la police municipale puis à 2,5 millions d'euros par an. Ils proposent enfin d'organiser un référendum pour que les Parisiens se prononcent sur le sujet. 

Initialement opposée à la création d'une police municipale, la maire de Paris Anne Hidalgo a récemment fait savoir ne plus avoir de "tabous" sur cette question. Un audit indépendant a été demandé par la ville pour faire le point sur les besoins de sécurité de la capitale. Paris ne peut toutefois pas décider seule de créer une police municipale. Cette option nécessiterait une modification du statut de Paris qui doit passer par la loi. 

Carole Blanchard