BFMTV

Militants écolo gazés: "on était sur une action très violente", déclare une représentante de la police

Image extraite d'une des vidéos tournant sur les réseaux sociaux, dans laquelle un CRS gaze des manifestants au sol

Image extraite d'une des vidéos tournant sur les réseaux sociaux, dans laquelle un CRS gaze des manifestants au sol - BFMTV

"Ce ne sont pas dix secondes de vidéo qui permettent d'établir des faits", a déclaré Linda Kebbab, déléguée nationale de l'unité SGP Police FO, qui assure que l'action de vendredi "n'était pas non-violente".

Des images d'une manifestation de militants écologistes, se revendiquant non-violents, font polémique depuis vendredi. On y voit les manifestants refusant de bouger, assis au sol au niveau du pont de Sully (IVème arrondissement de Paris), des forces de l'ordre leur demander de partir à plusieurs reprises, avant de les asperger de gaz lacrymogène, quasiment à bout portant.

L'action des CRS a été fortement critiquée sur les réseaux sociaux. Face à ces nombreuses attaques, Linda Kebbab, déléguée nationale de l'unité SGP Police FO, a réagi sur BFMTV lundi matin, assurant que l'action des militants écologistes était "très violente".

"Un collègue qui a perdu connaissance, d'autres griffés"

"On n'était pas dans une action non-violente comme on l'entend dire, on était sur une action très violente", a déclaré la représentante. "On a un collègue qui a perdu connaissance, d'autres qui ont été griffés, donc ce n'était pas une action non-violente", assure-t-elle.

Outre le blocage de la circulation, elle parle "de débuts de bagarre avec des personnes qui ne pouvaient pas circuler". Selon Linda Kebbab, tout n'est pas montré sur les images diffusées, "ce ne sont pas dix secondes de vidéo qui permettent d'établir des faits".

Elle qualifie la manifestation "d'action médiatique", et dénonce au passage la violence qui s'est abattue sur certains policiers, non masqués sur les vidéos, qui reçoivent actuellement des menaces individuelles, mais aussi concernant leur famille.

"Le ministre a demandé une enquête au préfet"

L'usage de gaz lacrymogène "malheureusement c'est la procédure", déclare la représentante syndicale, qui renvoie la balle vers la hiérarchie: "Ce n'est pas tant celui qui applique l'ordre qui doit être montré du doigt, la polémique s'oriente vers le policier de terrain et jamais vers celui qui est dans la conception", de cet ordre, lance-t-elle à plusieurs reprises.

"Le ministre a demandé une enquête au préfet au sujet de l'action qui a été effectuée sur le terrain", rappelle Linda Kebbab "mais également l'ordre qui a été donné par le préfet quant à la légitimité de l'action".

Dans une interview à BFMTV, une représentante d'Extinction rébellion - à l'origine du sitting - déclare que l'association envisage des poursuites, notamment parce qu'elle "avait pris soin de prévenir la préfecture la veille", de leur action.

Salomé Vincendon