BFMTV

Meurtre d'une joggeuse à Nîmes : le suspect confondu par son ADN

L'homme suspecté du meurtre d'une joggeuse à Nîmes a été confondu par son ADN, retrouvé sur les lieux du crime.

L'homme suspecté du meurtre d'une joggeuse à Nîmes a été confondu par son ADN, retrouvé sur les lieux du crime. - -

Le suspect du meurtre de la joggeuse retrouvée morte jeudi à Nîmes a été confondu par son ADN, a déclaré le procureur adjoint de Nîmes lors d'une conférence de presse. L'interrogatoire du suspect est toujours en cours.

On en sait plus sur le meurtre de la joggeuse de Nîmes, retrouvée morte jeudi. L'homme suspecté, arrêté dans la nuit de lundi à mardi, a été confondu par son ADN, a déclaré le procureur adjoint de Nîmes lors d'une conférence de presse mardi, alors que l'interrogatoire du suspect était toujours en cours.

Cet homme, qui correspond aux signalements recueillis par les enquêteurs, a été confondu par des objets retrouvés sur les lieux. Il n'a pas fait d'aveux: "Il ne nie pas tout en bloc mais il ne reconnaît pas tout (...) On espère qu'il va progresser", a ajouté Gilles Soulier, le directeur du SRPJ de Montpellier.

"Très évasif" sur son alibi

Le procureur général adjoint, Stéphane Bertrand, a déclaré que le suspect "ressemblait beaucoup" au portrait-robot réalisé par les enquêteurs à partir des témoignages recueillis. Au moment où il a été trouvé par la police, "il portait des traces de griffures", et était "très évasif sur ses activités au moment des faits, ainsi que sur l'origine des blessures".

Âgé de 32 ans et de nationalité britannique, l'homme vivait chez ses parents à quelques centaines de mètres de lieux du crime.

Ni le policier, ni le procureur adjoint n'ont voulu donner le moindre détail sur l'identité de cet homme. Mais à la question de savoir s'ils étaient en contact avec la police britannique, le chef du SRPJ a répondu: "pas encore".