BFMTV

Marseille: une partie du troisième immeuble s'est effondrée

Les secours travaillent au déblayage des décombres de l'immeuble effondré, ce lundi.

Les secours travaillent au déblayage des décombres de l'immeuble effondré, ce lundi. - GERARD JULIEN / AFP

Fragilisé par l'effondrement des deux premiers immeubles, le mur porteur du troisième bâtiment vétuste de Marseille s'est partiellement effondré lundi en fin d'après-midi.

Une partie du troisième immeuble très vétuste s'est effondré ce lundi après-midi aux alentours de 17h25 au coeur de Marseille, tandis que les secours continuent de rechercher d'éventuelles victimes et de déblayer les décombres des deux premiers bâtiments effondrés. 

"Une partie du troisième immeuble s'est effondré", avait d'abord annoncé Julien Ruas, le maire adjoint de la ville, avant que Charles Henri Garié, vice-amiral et chef des marins-pompiers de Marseille, ne confirme l'information en fin d'après-midi ce lundi.

"L'immeuble du numéro 67 s'est effondré. Le mur de l'immeuble menaçait de tomber à tout moment" ajoute-t-il. "On était arrivé à un stade ou l'éboulement du mur était de plus en plus important. Toutes les minutes des morceaux du mur tombaient, donc on a décidé d'intervenir avec une grosse pelleteuse de chantier".

Notre correspondant sur place Alexis Pluvette raconte avoir entendu ce bâtiment s'effondrer, tandis qu'un nuage de poussière envahissait la rue et que les secouristes se mettaient à courir.

Cet effet domino, c'est "la suite logique des opérations", estiment les pompiers et autorités déployés dans le quartier, qui s'attendaient à un tel scénario depuis le début de l'après-midi. Un troisième effondrement qui retarde encore un peu les recherches et les opérations de sauvetage des éventuelles victimes.

"Un mur si fragilisé qu'il est tombé d'un coup"

Charles Henri Garié explique encore que "le mur a commencé à tomber tout seul au départ, à peine la pelleteuse l'avait-elle touché, le mur était tellement fragilisé qu'il est tombé d'un coup".

"Maintenant on va continuer à sécuriser" assure le vice-amiral "mais on va pouvoir accélérer l'intervention puisque le mur qui menaçait de tomber s'est effondré." Il précise néanmoins que "le mur n'est pas tombé entièrement" et qu'une "seule partie du mur porteur est pour l'instant tombée, il en reste un morceau".

A propos des victimes, "on en sait pas plus" déclare-t-on, assurant que "l'enquête continue. La police judiciaire continue l'analyse des occupants de l'immeuble". "Il y a une grande inquiétude sur les disparus : pour l'heure on ne peut pas vous donner davantage de précisions tant que les recherches n'ont pas abouti."

"Il y en a pour des heures et des heures d’intervention" a encore fait savoir le vice-amiral des marins pompiers de Marseille. "Sûrement toute la nuit, demain, et même après-demain."
Jeanne Bulant