BFMTV

Lyon: trois jours après l'incendie à la Croix-Rousse, le bâtiment menace toujours de s'effondrer

50 pompiers sont encore mobilisés autour de la zone à risque, en attendant la démolition d'une partie de l'immeuble, prévue au cours de la semaine prochaine. Certains résidents du quartier ne pourront pas regagner leur logement avant le 30 mai.

Les décombres fument encore. Et si l'incendie qui s'est déclaré jeudi soir dans le quartier de la Croix-Rousse, à Lyon, est aujourd'hui maîtrisé - à l'exception de quelques foyers résiduels -, l'immeuble menace toujours de s'effondrer. Conséquence: 50 pompiers restent mobilisés autour de l'édifice et surveillent notamment la structure incendiée ainsi que les bâtiments mitoyens.

"Pas mal d'appartements qui se trouvent en partie basse des combles ont brûlé, note le Lieutenant-colonel Chomette, commandant des opérations de secours, sur BFM Lyon. Comme on ne peut pas rentrer, il y a un point de vigilance. Il y a des matériaux combustibles. Il pourrait y avoir une réinflammation. On ne peut pas pénétrer à l'intérieur, on ne peut pas engager d'opérations d'extinction fines."

L'intervention des pompiers devrait se poursuivre dans les jours à venir. Selon les informations du Progrès, ils laisseront place au cours de la semaine prochaine au démolisseur, chargé de déconstruire les parties de l'immeuble qui risquent de s'effondrer.

"Il y a des gens qui ont tout perdu"

Trois jours après l'incendie, si aucun blessé n'est à déplorer, une bonne partie des habitants du quartier sont encore sous le choc. Certains ont pu profiter d'un droit d'accès ce week-end, sous l'encadrement des pompiers, mais ne pourront regagner leur logement avant le 30 mai.

Interrogé par BFM Lyon, Philippe, habitant de la montée Bonafous, tente de relativiser: "Nous faisons partie des miraculés. Nous sommes vivants et nos logements sont toujours en place. Je suis dans l'acceptation. Il y a des gens qui malheureusement ont tout perdu." 
Florian Bouhot