BFMTV

La SNCF va faire circuler des patrouilleurs armés dans les trains

Des patrouilleurs ou agents de sûreté en civil armés vont circuler sur certains trains dans le cadre des mesures de renforcement de la sécurité a indiqué ce dimanche le patron de la SNCF, Guillaume Pepy.

Des patrouilleurs ou agents de sûreté en civil armés vont circuler sur certains trains dans le cadre des mesures de renforcement de la sécurité, a indiqué dimanche Guillaume Pepy, le président de la SNCF, ce dimanche dans le "Grand Rendez-Vous" Europe1/Le Monde/iTélé.

"Nos agents de sûreté vont avoir le droit de circuler, armés et en civil, dans les trains, grâce à la loi Savary", entrée en vigueur mercredi, a déclaré le dirigeant.

"Ce patrouilleur" ou "train marshal" à l'image des "sky marshals" présents sur certaines lignes aériennes sera "habilité, entraîné à tirer", a souligné Guillaume Pepy.

Alors que la SNCF disposait précédemment d'agents qui pouvaient faire usage de leur arme seulement en uniforme, ces agents seront en civil. "Le principe, c'est qu'on ne le voit pas", a indiqué le PDG de la SNCF.

Les portiques, toujours maintenus en gare?

Après une polémique sur leur coût, Guillaume Pepy a confirmé par ailleurs que les portails de sécurité de type aéroportuaire seraient maintenus au départ et à l'arrivée du Thalys.

"Je maintiens les portiques de sécurité du Thalys", a-t-il affirmé, démentant avoir évoqué leur inutilité lors d'une audition parlementaire, comme l'avait rapporté le sénateur Alain Fouché (LR).

"Les attentats, y compris l'attentat du Thalys nous ont tous bouleversés et les gares peuvent être une cible", a ajouté le dirigeant.

Des chiens renifleurs et des profileurs

Parmi les autres mesures de sécurité prévues par la SNCF, les images des caméras de surveillance pourront être surveillées en permanence par un centre de sécurité. Outre les fouilles de bagages, la SNCF dispose aussi d'une trentaine de chiens renifleurs et d'une vingtaine d'unités de profileurs chargés de repérer d'éventuels suspects.

La loi Savary, publiée au Journal Officiel mercredi, va également permettre "un tour de vis sur la fraude", a déclaré le président de la SNCF.

Les agents SNCF pourront retenir un contrevenant pendant une heure avant l'arrivée des forces de l'ordre, s'il refuse par exemple de payer une amende ou de donner son adresse. Pour améliorer le recouvrement des amendes, la SNCF pourra vérifier les adresses auprès de l'administration.

Enfin des portiques anti-fraude sont expérimentés, notamment à la gare Montparnasse.

P. P. avec AFP