BFMTV

HSBC: Paris va "protéger" Hervé Falciani

L'ex-informaticien franco-italien Hervé Falciani est recherché par la Suisse pour vol de fichiers. Il est protégé par la France pour le même motif.

L'ex-informaticien franco-italien Hervé Falciani est recherché par la Suisse pour vol de fichiers. Il est protégé par la France pour le même motif. - -

Recherché par la Suisse pour vol de fichiers bancaires, Hervé Falciani, un ancien informaticien de la banque HSBC, va bénéficier de la protection du gouvernement français.

Le gouvernement français entend "protéger dans les jours qui viennent" un ex-informaticien de la banque HSBC, Hervé Falciani, actuellement en Espagne et bientôt de retour en France, a affirmé jeudi le député socialiste Yann Galut. Rapporteur du projet de loi de lutte contre la fraude fiscale à l'Assemblée nationale, l'élu a rappelé la nécessité de protéger, avec Manuel Valls, les "lanceurs d'alerte", dont fait partie cet ex-employé de la banque sino-britannique.

Poursuivi par la Suisse pour le vol des fichiers de milliers d'évadés fiscaux

Arrêté à Barcelone le 1er juillet 2012, Hervé Falciani, de nationalité franco-italienne, est accusé par la Suisse du vol de fichiers bancaires qui avait permis d'identifier des milliers d'évadés fiscaux.

Le ministre de l'Intérieur "Manuel Valls est très attentif aux demandes des 'lanceurs d'alerte' et a une volonté politique de pouvoir assurer une protection à ces informateurs, puisque dans l'affaire Falciani, aujourd'hui il y a une collaboration du gouvernement français pour protéger dans les jours qui viennent Hervé Falciani", a déclaré Yann Galut à la presse dans les couloirs de l'Assemblée nationale. "Il faut que le gouvernement protège, s'ils le souhaitent et s'ils le demandent, ces lanceurs d'alerte et puisse exploiter les renseignements", a insisté le rapporteur du projet de loi sur la fraude fiscale.

Un témoin sous haute protection, bientôt de retour en France

Hervé Falciani, interrogé en duplex depuis Madrid sur France 2 mardi avait annoncé son prochain retour en France et sa volonté de coopérer avec la justice. Dans la même émission, le ministre délégué au Budget, Bernard Cazeneuve, avait assuré que le gouvernement a "pris toutes les dispositions pour qu'il soit protégé, qu'il ne puisse être à aucun moment attenté à sa vie ou à son intégrité physique, parce que notre intérêt est de pouvoir recueillir l'ensemble des informations dont il dispose".

Début mai, la justice espagnole a refusé de l'extrader vers la Suisse, estimant que les faits qui lui sont reprochés ne sont pas susceptibles de poursuites en Espagne.

Le parquet de Paris a ouvert le 23 avril une information judiciaire sur les conditions dans lesquelles des milliers de contribuables français ont ouvert des comptes non déclarés en Suisse chez HSBC, pratique révélée en 2009 par Hervé Falciani.

À LIRE AUSSI:

>> HSBC recrute un ancien chef des services secrets britanniques

>> Poursuivi pour avoir publié des noms d’évadés fiscaux

>> Pierre Moscovici: " il n'y a pas plus d'exilés fiscaux qu'avant"

David Namias avec AFP