BFMTV

Guérini: nouvelle affaire dans l'affaire mettant en cause Veolia

Alexandre Guérini, frère du sénateur Jean-Noël, à la sortie du palais de justice de Marseille le 4 avril 2013.

Alexandre Guérini, frère du sénateur Jean-Noël, à la sortie du palais de justice de Marseille le 4 avril 2013. - -

L'affaire Guérini connaît un nouveau rebondissement qui met en cause cette fois Alexandre, l'homme d'affaires marseillais, frère du sénateur Jean-Noël Guérini. En cause, le rachat d'une future filiale de Veolia sous conditions, notamment l'obtention d'une autorisation d'extension d'une décharge.

Si ce n'est toi c'est donc ton frère. L'affaire Guérini, plus qu'une fable, tient de plus en plus de la saga judiciaire. Cette affaire aux multiples ramifications connaît un nouveau développement révélé par L'Express et mettant en cause Alexandre le frère de Jean-Noël Guérini, sénateur et ancien président de la puissante fédération PS des Bouches-du-Rhône.

Le juge Duchaine vient de mettre en examen pour les chefs d'abus de biens sociaux et de trafic d'influence Bruno Vincent, l'ex-président d'une société d'assainissement, détenu en sous-main à 80% par Alexandre Guérini, ami d'Henri Proglio, alors président de la DGEA, future filiale du géant de l'environnement Veolia.

> En 2010, le rachat présumé frauduleux d'une entreprise d'assainissement

La vente de l'entreprise d'assainissement SMA-Somedis présidée à l'époque par Bruno Vincent, homme de paille de l'homme d'affaires Alexandre Guérini, est intervenue le 13 décembre 2000. La transaction comprend deux volets, dont un conditionnel. Le versement d'une part fixe initiale de près de 7 millions d'euros est convenu, tandis qu'un complément de 26,5 millions est soumis à l'obtention future d'une autorisation d'étendre la décharge de La Fare-les-Oliviers, ce qui ouvrirait la voie au traitement de volumes de déchets beaucoup plus importants.

En 2002, soit deux ans plus tard, l'autorisation d'extension est accordée et les fonds sont débloqués par Veolia. Ensuite, les enquêteurs aidés de Tracfin, cet organisme du ministère de l'Economie et des Finances chargé de la lutte contre le blanchiment, ont pu retracer des "mouvements de grande ampleur " en Espagne, au Luxembourg et en Suisse.

> Où est passé le pactole Veolia?

Toujours selon L'Express, le juge Duchaine avait en novembre 2010 interrogé Alexandre Guérini sur l'utilisation des sommes versées par Veolia. "J'ai vécu dessus et j'ai fait vivre ma famille, soit ma femme et ma fille", avait-il répondu. Selon lui, il ne resterait que 6 millions d'euros de la somme initialement versée, placés en Suisse. Quant à Bruno Vincent, il avait été logiquement embauché par Veolia, dont il a représenté les intérêts au Maroc.

> En 1989, un précédent troublant

De ses liens avec Henri Proglio, Alexandre Guérini n'a jamais fait mystère et parle d'un "ami de vingt et un ans" et de l''"affection et la solidarité d'un frère désintéressé". Les liens sont effectivement anciens puisqu'en 1989, Alexandre Guérini avait vendu Rodillat, sa première entreprise d'assainissement à la future Veolia, connue sous le nom de Compagnie générale des Eaux.

Du côté d'Henri Proglio, actuel patron d'EDF, on nie de manière catégorique l'existence d'une entente secrète avec l'homme d'affaires. "Cela relève du pur fantasme. Le contrat ne s'est pas négocié au niveau d'Henri Proglio. De plus, nous avons acheté la société à son propriétaire légal, pas à Alexandre Guérini", indique-t-on dans son entourage.

David Namias