BFMTV

Dieudonné, la bataille judiciaire a commencé

Jacques Verdier, l'avocat de Dieudonné, lors de l'audience du 8 janvier 2014 à Pau.

Jacques Verdier, l'avocat de Dieudonné, lors de l'audience du 8 janvier 2014 à Pau. - -

La première audience en référé sur l'annulation d'un spectacle par Biarritz s'est tenue mercredi. En jeu: la poursuite de la tournée de l'humoriste, déclaré non grata dans plusieurs grandes villes.

Après le temps de la polémique et de la condamnation politique, l'affaire Dieudonné a ouvert mercredi un nouveau volet judiciaire, avec la tenue de la première audience en référé sur l'annulation d'un spectacle par la ville de Biarritz.

Une audience au cours de laquelle la défense Dieudonné a demandé au tribunal administratif de Pau, saisi dans le cadre d'un "référé-liberté", de suspendre la décision de Biarritz d'annuler son spectacle du 14 mars, estimant que l'argument de travaux urgents avancé était un "prétexte" visant à l'interdire.

Un "prétexte" selon l'avocat de Dieudonné

Le 31 décembre, le maire MoDem de Biarritz, Didier Borotra, avait annoncé que le spectacle de Dieudonné M'bala M'bala prévu le 14 mars à la Gare du Midi était annulé en raison de "travaux programmés en urgence", concernant notamment le plancher de la scène dont l'état constituait, selon lui, une menace pour les spectacles de danse de la troupe du Ballet de Biarritz.

Un "prétexte" pour interdire le spectacle selon l'avocat de Dieudonné, Jacques Verdier, qui estime que cette décision n'était pas légale puisque la mairie "n'a pas proposé de position de repli", et que le maire a publiquement affirmé qu'il ne souhaitait pas qu'il se produise dans la ville.

Décision attendue à 16h30

La mairie, représentée par Me Pierre Cambot, a pour sa part estimé que le juge administratif n'avait pas compétence pour analyser cette requête, qui vise en réalité Biarritz Tourisme, l'établissement public industriel et commercial (EPIC) gérant la Gare du Midi, salle où le spectacle devait avoir lieu.

La requête des avocats de Dieudonné a été déposée lundi devant le Tribunal administratif, qui rendra sa décision dès mercredi, à 16h30.

S. C. avec AFP