BFMTV

Clichy-la-Garenne: une mosquée évacuée par les forces de l'ordre

Une mosquée située à Clichy-la-Garenne dans les Hauts-de-Seine a été évacuée par les forces de l'ordre ce mercredi, en application d'une décision de justice. Depuis plusieurs mois, les fidèles s'opposent au maire qui leur propose un autre lieu de culte, inadapté selon eux.

Les forces de l'ordre ont procédé ce mercredi matin à l'évacuation de la mosquée de la rue d'Estienne-d'Orves à Clichy-la-Garenne. Le lieu de culte fait l'objet d'un conflit entre les fidèles et la municipalité qui veut récupérer les locaux pour en faire une médiathèque. Une décision de justice ordonnant l'évacuation est à l'origine de l'intervention qui a provoqué indignation et émotion chez les fidèles.

"Aujourd'hui on est surpris. A 8h15 la police arrive pour la fermeture du lieu de culte et culturel de Clichy. Même moi je ne sais pas ce qui se passe, on n'a pas eu de lettre recommandée pour nous donner un rendez-vous pour faire l'état des lieux ou rien du tout", regrette Hamid Kazed, président de l'Union des association musulmanes de Clichy.

De son côté, la préfecture assure avoir prévenu et tenté de négocier pour une évacuation dans le calme. D'après les autorités, l'occupation de la mosquée était devenue illégale, le bail n'ayant pas été renouvelé à temps.

Un autre lieu de culte proposé, jugé inadapté

Après l'évacuation par les forces de l'ordre, certains fidèles ont réussi à se réintroduire dans la salle de prière. En signe de contestation, quelques fidèles ont entamé une grève de la faim dans l'enceinte du bâtiment. En début d'après-midi, quelques dizaines de fidèles se sont réunis dans le calme devant la mairie de Clichy-la-Garenne. Certains ont évoqué "beaucoup de déception".

"On veut la fermer sous prétexte qu'une médiathèque serait plus à même de voir le jour ici alors que ce n'est pas vraiment le cas puisqu'on a déjà une bibliothèque à proximité et qui est d'ailleurs très peu visitée", indique l'un d'eux. 

Un bras de fer oppose ces fidèles à l'actuel maire Rémi Muzeau. "J'ai trouvé ça scandaleux qu'on puisse dire que je ferme un lieu de culte", expliquait-il il y a quelques mois sur BFM Paris. L'élu avait alors proposé un autre lieu de culte aux musulmans de la ville, un ancien bâtiment administratif situé en périphérie de la ville. Pour les responsables musulmans de la mosquée ce nouveau lieu de culte serait toutefois inadapté à recevoir le 1.250 fidèles quotidiens de l'actuelle mosquée. 

C. B avec Maïmouna Barry et Thomas Pernette