BFMTV

Charlie: le mémorial en hommage aux victimes saccagé place de la République

Fleurs, messages, dessins... Le mémorial improvisé place de la République (IIIe arrondissement de Paris) à la mémoire des 17 victimes des attentats de Paris, photographié le 7 février 2015.

Fleurs, messages, dessins... Le mémorial improvisé place de la République (IIIe arrondissement de Paris) à la mémoire des 17 victimes des attentats de Paris, photographié le 7 février 2015. - Joel Saget - AFP

Couronnes de fleurs cassées, crayons à terre, dessins déchirés... Le collectif "17 plus jamais", créé après les attentats de Paris pour entretenir le mémorial improvisé place de la République en hommage au 17 victimes, dénonce "un véritable saccage".

Le mémorial improvisé place de la République (IIIe arrondissement) à Paris en hommage aux 17 victimes des attentats de Charlie Hebdo, de Montrouge, et de l’Hyper Casher en janvier a été retrouvé vandalisé vendredi matin, rapportent les sites du Parisien et de Metronews.

Après les attentats de Paris, un autel spontané s’est construit autour de la statue qui trône au centre de la place de la République. Couronnes de fleurs cassées, crayons à terre, dessins déchirés… Le collectif "17 plus jamais", créé par Sabrina Deliry pour entretenir et faire vivre ce lieu de mémoire, dénonce le "véritable saccage" qui a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi.

"Ce n’est pas le vent qui a fait ça, ce n’est pas la pluie"

"Pourquoi? Pourquoi détruire ce symbole de paix, en hommage à nos victimes des attentats ??... Stupeur et colère au 17", s’indigne le collectif sur Facebook

Selon le collectif, il s’agirait du quatrième saccage en deux semaines. "Jusqu’à présent, ça nous faisait mal mais on réparait", dit un de ses membres, Rémy Vialaret, à Metronews.

"Ce n’est pas le vent qui a fait ça, ce n’est pas la pluie, puisque même les objets et les messages abrités ont été vandalisés. Les autres fois, nous avons réparé les dégâts sans rien dire, mais là, c’est trop. Il ne faut pas laisser faire ce saccage !", s’exclame de son côté Sabrina Deliry auprès du Parisien. La responsable du collectif annonce avoir déposé plainte auprès du commissariat du IIIe arrondissement.

V.R.