BFMTV

Brétigny: septième victime et première plainte

L'accident de Brétigny survenu le 12 juillet a fait sept morts

L'accident de Brétigny survenu le 12 juillet a fait sept morts - -

Le bilan humain dans la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge survenue le 12 juillet s'est alourdi. Lundi, une sexagénaire qui était hospitalisée en région parisienne, dans un état d'urgence est décédée.

Une septième personne est décédée à la suite de l'accident du train Paris-Limoges en gare de Brétigny-sur-Orge le 12 juillet, a rapporté lundi de source proche de l'enquête.

Il s'agit d'une femme de 67 ans, qui était hospitalisée en région parisienne, dans un état d'urgence absolue depuis l'accident. On ignore si elle se trouvait sur le quai ou à bord du train.

Information judiciaire ouverte

Six autres personnes sont décédées dans le déraillement du train Téoz 3657 reliant Paris à Limoges: deux passagers originaires du Limousin et quatre habitants de l'Essonne qui étaient présents sur le quai. Quatre personnes sont toujours hospitalisées ce lundi, selon la préfecture de l'Essonne.

Mercredi, une information judiciaire a été ouverte pour homicides et blessures involontaires, par le procureur de la République d'Evry, qui a écarté "a priori" l'acte de malveillance.

Le retournement d'une éclisse, pièce d'acier de dix kilos reliant deux rails, semble être à l'origine de l'accident. L'enquête a été confiée à trois juges d'instruction qui vont se concentrer sur les raisons du basculement de l'éclisse.

Première plainte

Une première plainte pour homicide involontaire a été déposée vendredi par la famille d'une des personnes décédées, apprend-on ce lundi de source judiciaire.

La famille d'un jeune homme de 19 ans, originaire d'Étampes (Essonne) et qui se trouvait sur le quai lors de l'arrivée du train, a déposé plainte contre X pour homicide involontaire.

Une de ses amies avait expliqué, lors d'un rassemblement en hommage à des victimes, que ce Guadeloupéen, fou de football, était arrivé en métropole en 2011 pour ses études et vivait depuis à Étampes avec son frère de 23 ans, dont il était très proche.

M.G. et V.D. avec AFP