BFMTV

Attentats au Petit Cambodge et au Carillon: on balaie les trottoirs mais pas la mémoire

Sous les yeux de passants incrédules et souvent émus, les agents de la ville de Paris procèdent au déblaiement des abords du restaurant Le Petit Cambodge et du bar Le Carillon. Trois semaines après les attaques de Paris, la vie de ce quartier du 10e arrondissement de Paris doit reprendre.

Les dessins, les mots, les drapeaux tricolores et les plus récents bouquets de fleurs sont soigneusement récupérés puis mis de côté. Après le traumatisme des tueries perpétrées le 13 novembre au Petit Cambodge et au Carillon, la vie de quartier reprend ses droits.

Les habitants reprennent possession des lieux

Les passants peuvent s'émouvoir de ce déblaiement qu'ils pourraient trouver un peu hâtif, mais chez les habitants de cette zone du 10e arrondissement de Paris, il fait l'unanimité.

"Ce sont des choses qui devaient se faire plus tôt ou plus tard. Ça montre qu'on surmonte les événements, mais il ne faut pas les oublier", explique Miodrag, un riverain. Othmane, autre résident, explique qu'il s'agit de "récupérer notre quartier" car la présence "pendant trois semaines de personnes qui étaient là matin, midi et soir, était très pesante. On avait du mal à passer. J'habite à cinq mètres."

Bientôt la réouverture des établissements 

Sans vouloir effacer tous les stigmates de ces attaques et en voulant laisser encore au public le temps du deuil, l'objectif est de trouver le juste équilibre pour la reprise de la vie quotidienne.

"Les habitants m'ont beaucoup sollicité pour que l'on puisse passer sur les trottoirs, notamment avec les enfants et pour qu'on ne vive pas ici dans un mémorial. On est dans un bon compromis qui n'efface pas ce qu'il s'est passé, qui permet aux gens de venir se recueillir, mais aussi au quartier de retrouver un début de vie normale", détaille Rémi Féraud, maire PS du 10e arrondissement.

Les prochaines étapes pour le quartier consisteront à rouvrir les deux établissements visés par les terroristes, en janvier prochain pour le Petit Cambodge et un peu plus tard pour le Carillon. Une plaque commémorative à la mémoire des 15 victimes sera aussi posée.

D. N. avec Igor Sahiri et Marion Ruaud