BFMTV

Affaire Théo: une confrontation entre le jeune homme et les policiers

Théo.

Théo. - BFMTV

Cette rencontre est notamment destinée à confronter les versions des deux parties, alors qu'une expertise a récemment fragilisé la thèse du viol.

Un moment important pour l'enquête. Une confrontation a eu lieu ce mercredi dans le bureau du juge d'instruction du tribunal de Bobigny en charge du dossier sur le viol présumé de Théo en février 2017. Le jeune homme de 22 ans est confronté aux quatre policiers mis en examen pour "viol" pour l'un d'entre eux et "violences volontaires" pour les trois autres, a appris BFMTV confirmant une information du Parisien.

Cette rencontre est notamment destinée à confronter les versions des deux parties, alors qu'une expertise a récemment fragilisé la thèse du viol. La confrontation devrait permettre d'avancer sur la question du caractère ou non intentionnel du coup de matraque porté par le policier mis en examen pour viol.

"Je l'ai vu avec sa matraque: il me l'a enfoncée dans les fesses, volontairement. Je suis tombé sur le ventre, j'avais plus de force", avait relaté Théo. Le coup a engendré une plaie de près de 10 centimètres longeant le canal anal et oblige le jeune homme à porter, depuis, une poche médicale.

La thèse du viol fragilisée

Mais l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) avait retenu, au vu des vidéos et des premières auditions, "le caractère non intentionnel" de son geste. Une expertise, transmise récemment au magistrat instructeur et dont l'AFP a eu connaissance, note que le geste de ce policier est "conforme aux pratiques professionnelles" et a été réalisé conformément "au discernement possible et exigible de la part d'un policier dans ce genre de situation complexe d'intervention".

Cette expertise, qui établit également que la matraque n'a pas pénétré l'anus mais "la partie périanale", pourrait entraîner une requalification des faits en "violences aggravées". "Je vois mal comment le parquet ne pourrait pas requérir l'abandon de ses poursuites", a ainsi déclaré lundi Me Frédéric Gabet, l'avocat du policier poursuivi pour viol. 

J.C. avec Cécile Danré et AFP