BFMTV

Affaire Laetitia: Meilhon se pose en victime, ses proches le chargent

Dessin d'audience représentant Tony Meilhon à l'ouverture de son procès mercredi, devant les assises de Loire-Atlantique à Nantes.

Dessin d'audience représentant Tony Meilhon à l'ouverture de son procès mercredi, devant les assises de Loire-Atlantique à Nantes. - -

Au second jour de son procès, consacré à sa personnalité, le meurtrier présumé de Laetitia Perrais a tenté de lisser son image. Ses proches, eux, l'ont dépeint jaloux, possessif et violent.

Cette journée d'audience était celle de Tony Meilhon. Au second jour de son procès, la cour d’assises de Nantes a tenté de cerner la personnalité du meurtrier présumé de Laetitia Perrais. Avant que sa famille et ses proches défilent à la barre, jeudi après-midi, elle l’a longuement laissé dresser son autoportrait. Et tout au long de l'audience, l'homme s'est dépensé sans compter pour tenter de lisser son image.

Comme la veille, Tony Meilhon s'est révélé volubile, en contraste avec le forcené alternant mutisme et obstruction au cours de l'instruction. "J'ai sauvé un détenu de la pendaison, j'ai sauvé un détenu d'un incendie, j'ai évité des bagarres, des règlements de comptes", a énuméré celui qui a passé l'essentiel de ces 15 dernières années en prison. "Rien n'est noté, on ne retient que les choses néfastes, mauvaises, on retient que ça", a-t-il déploré.

>> À lire: "J'ai tenté de me faire passer pour fou. J'ai menti"

"Bonne capacité manipulatoire"

Vêtu de noir comme la veille, Tony Meilhon s'est ensuite glissé dans des habits de victime. Il est longuement revenu sur une enfance douloureuse, où il était lui-même victime de violences. Me Cécile de Oliveira, l'avocate de la sœur de Laetitia, lui a alors demandé quel était son "pire souvenir". Lui, après un long silence: "la pire chose que j’ai faite, c’est cette affaire".

Pour l'avocate, l'attitude de l'accusé n'est rien d'autre qu'une stratégie savamment calculée. Selon elle, Tony Meilhon "connaît parfaitement son dossier, il a cherché à me prendre en défaut, il a une bonne capacité manipulatoire". À une autre de ses questions concernant un témoignage, il a calmement sorti une note d'un dossier apporté dans le box, et lui a indiqué tout de go qu'il lui fallait lire la fin du PV du témoin dont elle parlait.

La carte du repentir

Mais Tony Meilhon a également joué à fond la carte du repentir. Cette gérante de station-service victime d’un coup de crosse? "Je regrette énormément, j’ai du remords et de la compassion, c’est hallucinant". Sa mère, qui l’a accusé à la barre d’avoir "gâché sa vie", alors qu'elle n’avait cessé de "l'aider", "d’aller le voir en prison"? "Je te pardonne et je t'aime, et j'espère que tu seras en capacité de me pardonner."

Sa mère, elle, a soigneusement évité de le regarder. En larmes, elle a décrit un fils consommateur de stupéfiants, un garçon "très jaloux", qui lui "disait qu'il allait arrêter [les délits] mais qui retombait à chaque fois". Et qui avait aussi "ses bons jours, parfois".

"Très dur" et "possessif"

Son frère Ludovic, qui n’a plus de contact avec Tony Meilhon, a mis en avant son côté "très dur". "Dès que tu lui refuses quelque chose, c’est du pétage de plomb", a-t-il indiqué. Deux ex-compagnes l'ont dépeint "possessif" à l'excès. L'une d'elle, rencontrée en février 2010, a avoué "ne pas avoir été surprise" en entendant parler de lui dans l'affaire Laetitia Perrais, un an après leur rencontre.


À LIRE AUSSI:

>> Affaire Laetitia: Tony Meilhon devant la justice

>> Meilhon: "j'ai essayé de me faire passer pour fou. J'ai menti"

>> PORTRAIT - Tony Meilhon, petite frappe tombée dans l'ultraviolence