BFMTV

Affaire Bettencourt : la riposte de Patrice de Maistre

-

- - -

Mis en examen ce lundi pour abus de faiblesse et abus de biens sociaux à l'encontre de l'héritière de L'Oréal, Patrice de Maistre admet avoir pris parts aux deux retraits de 400.000 euros pour le compte des Bettencourt en 2007 mais déclare ne pas savoir où est allé l’argent.

S'exprimant pour la première fois sur le fond depuis la relance de l'affaire Bettencourt, avec l'incarcération de Patrice de Maistre, Nicolas Sarkozy a démenti ce mardi tout financement électoral illégal de sa campagne présidentielle de 2007.

Le président candidat a également reconnu qu'il était "bien sûr" possible qu'il ait rencontré André Bettencourt, le mari de Liliane Bettencourt, en février 2007, avant le premier tour de l'élection présidentielle, voulant couper court à toute spéculation après des informations de l'Express.

Patrice de Maistre avait été mis en examen la veille pour abus de faiblesse et abus de biens sociaux à l'encontre de l'héritière de L'Oréal et l'une des premières fortunes de France, âgée aujourd'hui de 89 ans.

Mais la justice s'intéresse aussi à deux retraits de 400.000 euros chacun, effectués depuis les comptes suisses de Mme Bettencourt en février et avril 2007, alors que la campagne électorale battait son plein.

La justice s'étonne en particulier de la concomitance entre l'un de ces retraits de fonds, le 5 février 2007, et un rendez-vous, deux jours plus tard, entre Patrice de Maistre et Eric Woerth, qui était alors le trésorier de Nicolas Sarkozy.

" Même s’il admet avoir pris part aux retraits de sommes en espèces en suisse pour le compte des Bettencourt, il n’a fait que leur remettre de l’argent et ne sait pas où il est allé " a déclaré l’avocate de De Maistre, Maitre Jacqueline Laffont.