BFMTV

Accusation de viol contre Darmanin: le ministre de l'Intérieur assure "marcher la tête haute"

Gérald Darmanin, ex-ministre de l'Action et des comptes publics et nouveau ministre de l'Intérieur.

Gérald Darmanin, ex-ministre de l'Action et des comptes publics et nouveau ministre de l'Intérieur. - AFP

Alors que Darmanin est visé par une plainte pour viol, il a affirmé qu'il n'avait rien à se reprocher, rappelant que les "trois décisions de justice rendues jusqu'alors [lui] sont favorables".

Visé par une plainte pour viol depuis 2017, le ministre de l'Intérieur s'est défendu ce jeudi matin sur RTL. Gérald Darmanin a rappelé que depuis le début de la procédure, "trois décisions de justice ont été rendues et elles me sont favorables: il y a eu deux enquêtes préliminaires qui ont été classées sans suite et un non lieu". Il appelle à respecter la présomption d'innocence à laquelle "on peut penser que j’ai le droit".

"Une situation qui n'est pas facile à vivre"

Si Gérald Darmanin a réaffirmé, d'un ton calme, qu'il n'avait rien à se reprocher, il a précisé qu'il restait à la disposition des magistrats tout en respectant la séparation des pouvoirs: "Dès ma prise de fonction, j’ai écrit à mon administration pour n’avoir aucune information en ce qui concerne la procédure qui me vise."

"C'est une situation qui n'est pas facile à vivre pour ceux qui sont accusés à tort. Mais je marche la tête haute", a-t-il précisé. 

Le ministre a été accusé de viol par une femme en 2017. La procédure a été relancée par la cour d'appel de Paris début juin, enclenchant de nouvelles investigations.

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV