BFMTV

50 kg de cocaïne disparus au 36, quai des Orfèvres: le point sur l'enquête

Les 51 kilogrammes de drogue avaient été filmés le 4 juillet, lors de leur saisie.

Les 51 kilogrammes de drogue avaient été filmés le 4 juillet, lors de leur saisie. - -

51 kilogrammes de cocaïne ont disparu du siège de la police judiciaire, 36, quai des Orfèvres, a reconnu la préfecture de police de Paris jeudi soir. Comment se déroule l'enquête?

La police des polices a beau passer le 36, Quai des Orfèvres au peigne fin, il n'y a pas une trace des 51 kilogrammes de cocaïne, dont la disparition a été constatée jeudi. Une disparition qui intrigue jusqu'au ministère de l'Intérieur. Le ministre Bernard Cazeneuve a demandé vendredi "la plus grande fermeté" dans cette affaire.

Qui s'occupe de l'enquête si les policiers sont suspects? D'où venait la drogue? Quels sont les premiers éléments de l'enquête? On fait le point.

> Qui enquête sur la disparition de la cocaïne?

L'Inspection générale de la police nationale (l'IGPN, plus connue sous le nom de "police des polices") est en charge de l'enquête. Dans la nuit de jeudi à vendredi, ce sont eux qui ont passé le 36, Quai des Orfèvres au peigne fin. Ils ont interrogé plusieurs policiers et inspectés les locaux à l'aide de chiens spécialisés dans la détection de stupéfiants.

Dans la matinée de vendredi, la police des polices s'est de nouveau rendue sur place, pour continuer une enquête qui s'avère déjà très délicate.

> Où était stockée la drogue?

• Une pièce sécurisée avec porte blindée. Les 51 kilos de cocaïne avaient été entreposés avec les scellés de l'affaire, comme il est d'usage, dans une pièce sécurisée avec une porte blindée, mais où il n'y a pas de caméra de surveillance, a constaté l'IGPN.

• Un accès restreint à quelques personnes. Seuls certains policiers de la brigade des stupéfiants avaient accès à cette pièce, et il n'y a que deux exemplaires de la clef qui en ferme la porte. Il faut signer un registre et respecter "une procédure compliquée pour y accéder", a expliqué à BFMTV Frédéric Ploquin, journaliste spécialisé dans le banditisme pour Marianne.

• La drogue "évaporée" en une semaine. La cocaïne saisie se trouvait toujours dans la salle mercredi 23 juillet, selon les tout premiers éléments de l'enquête, et elle n'y était plus jeudi 31 juillet, quand sa disparition a été constatée fortuitement.

> D'où venait la drogue?

• Une saisie du 4 juillet. La police judiciaire a saisi la cocaïne le 4 juillet, lors du démantèlement d'un réseau de trafic qui alimentait les XVIIIème et XIXème arrondissements, dans le Nord de Paris, et qui était spécialisé dans la transformation de cocaïne en crack.

• BFMTV avait filmé la saisie. A l'époque, la presse parlait d'"au moins 48 kg de cocaïne", saisis après une enquête de plusieurs mois de la brigade des stupéfiants. Sept trafiquants avaient été arrêtés. Nous avions filmé la drogue saisie à cette occasion:

> Combien valent 51 kilogrammes de cocaïne?

Le prix varie énormément, si on parle de prix à l'import ou à la revente, en ayant coupé la cocaïne ou non… La valeur globale de cette perte est en tout cas évaluée à plusieurs millions d'euros. Au moment de la saisie, le 4 juillet, le commissaire avait évoqué 3,5 millions d'euros à la revente. Mais au détail, la cocaïne revendue pourrait valoir jusqu'à 7 millions d'euros.

J.S avec C.O. et A.H.