BFMTV

3 enquêtes pour violences sexuelles en cours au sein des pompiers de Paris

Plusieurs soldates du feu ont dénoncé des faits de violences sexuelles de la part de leurs collègues. (Photo d'illustration)

Plusieurs soldates du feu ont dénoncé des faits de violences sexuelles de la part de leurs collègues. (Photo d'illustration) - Stéphane de Sakutin - AFP

Plusieurs femmes de la Brigade des sapeurs pompiers de Paris ont porté plainte pour viol, agressions et harcèlement sexuels ces derniers mois pour des faits imputés à des secouristes, révèle Le Monde ce samedi.

Une enquête publiée ce samedi dans le journal Le Monde met en lumière plusieurs accusations de violences sexuelles au sein des pompiers de Paris. Trois enquêtes ont été ouvertes par les autorités après des dépôts de plainte, en parallèle de deux autres affaires: la justice doit décider du renvoi ou non devant un tribunal de plusieurs pompiers mis en examen pour "agression sexuelle" ou "viol sur mineure de moins de 15 ans", après une enquête de huit ans, et dix autres pompiers comparaîtront en décembre pour "agression sexuelle", "violences en réunion" et "non-assistance à personne en danger".

Le Monde rapporte notamment le cas d'Estelle*, une jeune femme d'une vingtaine d'années qui a porté plainte après une tentative de suicide. Selon les informations du journal, une enquête préliminaire pour viol a été ouverte au parquet de Créteil.

Les faits qu'elle dénonce sont multiples: main aux fesses, propos graveleux, rumeurs malfaisantes, harcèlement et viol de la part d'un supérieur hiérarchique. Le jour même de ce dernier fait, Estelle* avait été déclarée "inapte à exercer dans tout milieu militaire" par une psychiatre, après s'être plainte plusieurs fois et avoir été changée une fois de section.

Deux plaintes à Boulogne-Billancourt

En mars dernier, une femme de 25 ans a porté plainte pour agressions et harcèlement sexuels contre deux hommes de sa caserne de Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine. Elle affirme avoir été agressée à de nombreuses reprises par un de ses supérieurs et un de ses collègues, notamment lors de retours de missions.

Dans cette même caserne, une autre pompière a porté plainte contre deux autres soldats du feu pour des faits de harcèlement et agression sexuels au début de l'année.

Le Monde revient également sur la mise en examen de trois hommes pour viols et agressions sexuelles d'une mineure de moins de 15 ans. S'ils ne sont que quelques-uns à passer devant la justice, plus d'une vingtaine de secouristes se seraient échangés le numéro de l'adolescente afin d'avoir des rapports sexuels avec elle.

Un "profil psychologique fragile (...) connu des agresseurs"

Pendant deux ans, la jeune fille a eu des relations avec les secouristes, alors qu'elle était "dans un état de légume" selon sa mère. Un enquêteur a d'ailleurs relevé que le "profil psychologique particulièrement fragile" de la victime était "parfaitement connu de ses agresseurs". L'enquête bouclée, c'est désormais au parquet de Versailles de donner suite à cette affaire ou non. 

"Ces affaires sont indéfendables", déclare au Monde le général Jean-Claude Gallet, commandant de la Brigade des sapeurs pompiers de Paris (BSPP). "Je ne fais pas l’autruche, c’est un fléau, c’est inadmissible", martèle-t-il, assurant que c'est de "(sa) responsabilité de détecter les signaux, pour taper tout de suite, et ne pas émettre un silence bienveillant".
*Le prénom a été modifié

L.A.