BFMTV

11-Novembre: le maire de Châteaurenard poignardé

Bernard Reynès, député-maire UMP de Châteaurenard

Bernard Reynès, député-maire UMP de Châteaurenard - -

Le député-maire UMP Bernard Reynès et deux autres personnes ont été blessés à coups de couteaux par un déséquilibré lors des cérémonies du 11-Novembre. Leur pronostic vital n'est pas engagé.

"Un acte profondément odieux" a condamné François Hollande. Alors qu'ils étaient en train de commémorer le 11-Novembre, Bernard Reynès, député-maire UMP de Châteaurenard, dans les Bouches-du-Rhône, un de ses adjoints et une conseillère municipale ont été blessés à coups de couteaux. Leur pronostic vital n'est pas engagé. Quant à l'agresseur, il a été interpellé sur les lieux et placé en garde à vue.

"Le comportement d'un déséquilibré"

"J'étais à côté du maire quand j'ai vu une personne le frapper dans le dos à trois reprises. Il s'est effondré et on s'est mis à crier", a raconté un des adjoints au maire, Marcel Martel. Selon ce dernier, l'homme était un inconnu et avait au "moment de son arrestation un comportement qui laisse à penser qu'il s'agit d'un déséquilibré".

D'après lui, un conseiller municipal a vu un homme s'introduire dans le cortège, un couteau à la main. L'élu, Louis Bouchet, qui a alors tenté de l'arrêter a été atteint d'un coup de couteau sur le côté du corps. L'agresseur a ensuite porté des coups à une ajointe, François Cestier, blessée à son tour au niveau de la hanche. L'inconnu âgé d'une trentaine d'années a ensuite frappé le maire dans le dos à trois reprises.

Au moment de l'agression, le cortège d'une centaine de personnes se rendait de la maison du combattant au cimetière de la ville à l'entrée duquel se dresse le monument aux morts. Des traces de sang étaient encore visibles sur la chaussée, à une vingtaine de mètres de l'entrée du cimetière.

Les trois blessés ont été hospitalisés à Avignon. Leur pronostic vital n'est pas engagé et le député-maire devrait quitter l'établissement dans la journée.

"L'acte politique exclu"

Le parquet de Tarascon a indiqué que "le mis en cause, né en 1981 et qui ne réside pas dans la commune de Chateaurenard", avait été placé en garde à vue sous le chef de "tentative d'homicide", soulignant qu'"une expertise de son état mental serait nécessaire".

"Ses premières explications ne sont pas très claires", a précisé le vice-procureur de Tarascon, Julien Ecuer, ajoutant qu'"à ce stade, l'acte politique était exclu". L'enquête a été confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie d'Arles.

Le maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a souhaité dans un communiqué que "la justice réagisse vigoureusement à cette attentat".

"L'agression ce matin de Bernard Reynès, maire de Châteaurenard, député des Bouches-du-Rhône, interpelle tous les citoyens et montre que l'on ne souligne pas assez combien assurer des fonctions publiques présente des risques importants", a encore déclaré l'élu.

M.G. avec AFP