BFMTV

Nagui lève un coin du voile sur le retour d'Intervilles

Nagui sur le plateau de "N'oubliez pas les paroles"

Nagui sur le plateau de "N'oubliez pas les paroles" - Gilles Gustine / FTV

L'émission culte revient cet été sur France 2 avec Bruno Guillon, Olivier Minne et Valérie Bègue à la présentation. Nagui en est le producteur.

L'émission culte Intervilles reviendra cet été sur France 2. Nagui, qui en assure la production, a choisi de ne pas la présenter et de céder sa place à Bruno Guillon, Olivier Minne et Valérie Bègue. Dans une interview accordée ce week-end au Figaro, il lève un coin du voile sur ce retour très attendu.

Nagui prévoit en effet "une quinzaine de jeux par émission dont quelques incontournables comme le mur des champions". Il a essayé également de moderniser l'émission en répondant "à des codes plus actuels en termes de technologie et de sens de l’humour":

"On souhaite trouver une écriture moderne, dynamique avec énormément de jeux, bien plus que ce qu’il y avait avant", dit-il.

Il y aura en tout quatre émissions - "trois qualifications opposant six villes et la finale entre les trois meilleures", précise le producteur. "Une vingtaine de candidats représentera chacune des villes que nous avons déjà sélectionnées et qui viendront sur place." Selon les informations du Parisien, les émissions seront tournées en région parisienne aux alentours de Disneyland. 

Pas de direct, mais les conditions du direct

Contrairement à la tradition, les émissions ne seront pas tournées en direct: "Tourner les quatre émissions d’affilée permet de rester au même prix de n’importe quel prime de France 2, c’est-à-dire 500.000 euros, ce n’est pas un secret. Il n’y a pas d’autres possibilités. Si on veut faire une émission en direct, ça coûtera trois fois plus cher."

Mais les émissions seront tournées dans les conditions du direct, souligne Nagui: "La journée sera consacrée aux répétitions et les tournages débuteront à 21 heures pour finir vers 23 heures. Tout se fera en une seule prise car c’est un spectacle. S’il y a un incident, les animateurs devront faire preuve de leurs talents - ils ont été choisis pour ça - pendant que les équipes techniques et déco s’affaireront à régler le problème."

Si l'absence des vachettes a été critiquée, Nagui ne préfère pas entrer dans la polémique: "Ça fait plusieurs années qu’il n’y a plus Intervilles à la télévision et que les vachettes n’ont plus de boulot. Je veux bien qu’on m’accuse de tous les maux pour quatre émissions en disant que je tue une tradition mais si je n’avais pas remis Intervilles à l’antenne, le problème ne serait pas là non plus, il n’y aurait pas plus de boulot que ça." Il conclut avec une note d'humour: "L’émission s’appelle Intervilles et pas Intervachettes, l’important c’est qu’il y ait des villes."

Jérôme Lachasse