BFMTV

iTELE : la grève reconduite jusqu'à lundi 11h30

Jean-Marc Morandini sur le plateau de "Morandini Live"

Jean-Marc Morandini sur le plateau de "Morandini Live" - Capture d'écran iTele

Les journalistes d'iTELE ont décidé à 80% des voix de reconduire leur grève jusqu'à lundi 11h30, qui sera le 8e jour de grève, après une rencontre avec leur direction qui n'a fait que quelques concessions.

Les salariés d'iTELE ont décidé massivement vendredi de reconduire leur grève jusqu'à lundi, déçus par l'échec des négociations avec la direction, et réclamé au gouvernement la nomination d'un médiateur pour sortir d'un blocage sans précédent pour la chaîne de Vincent Bolloré.

La chaîne d'info de Canal+ est depuis lundi paralysée par le plus long conflit depuis sa création en 1999, déclenché par l'arrivée à l'antenne de Jean-Marc Morandini, malgré sa mise en examen pour "corruption de mineur aggravée". 

Après 5 jours de grève, une nouvelle assemblée générale des salariés vendredi soir s'est déroulée "dans une ambiance tendue". "Nous sommes parvenus à un tournant, la situation se durcit", a commenté un journaliste.

Les grévistes appellent à un médiateur

Lors d'une réunion vendredi, en présence des syndicats, la direction n'a guère varié sur ses positions, selon la Société des journalistes (SDJ), en particulier sur le maintien à l'antenne de l'animateur controversé.

"Cette rencontre n'a malheureusement pas permis d'aboutir à une sortie de crise, la direction des groupes Vivendi et Canal ne répondant favorablement à aucune des demandes des représentants de la rédaction d'iTELE et des organisations syndicales et se contentant d'annoncer le report du lancement de CNews", le nouveau nom que doit prendre la chaîne, a souligné la SDJ dans un communiqué.

"Dans ces conditions, la rédaction d'iTELE et les organisations syndicales demandent au ministère de la Culture et de la Communication la nomination immédiate d'un médiateur chargé d'aider les parties à trouver une solution à ce conflit, le plus long de l'histoire d'iTELE".

Une démarche que le ministère avait déjà mise en oeuvre pour mettre fin au très long conflit à Radio France au printemps 2015.

Les grévistes demandent aussi la signature immédiate d'une charte éthique, la nomination d'un directeur de la rédaction distinct du directeur général d'iTELE (Serge Nedjar), le retrait de l'antenne de Jean-Marc Morandini et plus largement la définition d'un projet stratégique et éditorial "clair et précis".

Une situation préocupante d'après le CSA

Jeudi soir, un début de dialogue s'était pourtant noué entre rédaction et direction, après l'intervention du CSA qui a implicitement critiqué l'obstination de la direction à maintenir à l'antenne Jean-Marc Morandini. A l'issue d'une audition du n°2 de Canal+, Jean-Christophe Thiéry, le CSA avait exprimé sa "vive préoccupation sur la pérennité de la chaîne". Il avait jugé en substance que l'avenir d'iTÉLÉ comptait davantage que le sort d'une personnalité. Une critique qui avait pris de court la direction. 

Une nouvelle AG est prévue lundi matin. 

Nawal Bonnefoy avec AFP