BFMTV

Coronavirus: Anne Alassane de Masterchef, contrainte de fermer son restaurant, veut aider les hôpitaux

Anne Alassane de Masterchef

Anne Alassane de Masterchef - France 3 Limousin

La cheffe voulait que son établissement reste ouvert malgré la crise. Elle a dû le fermer et explique à BFMTV.com comment elle s'organise à présent.

Gagnante de la première saison de Masterchef en 2010, Anne Alassane avait annoncé dimanche dernier sur Facebook qu'elle refusait de fermer malgré la pandémie de coronavirus son restaurant Le Lanaud situé à Boisseuil en Haute-Vienne. "Ce n'est pas une provocation. Je trouve cela injuste! Pourquoi les tabacs, les concessionnaires automobiles, les supérettes ou les kebabs sont-ils ouverts?", avait-elle déclaré dans les colonnes du Parisien

Contactée ce mercredi par BFMTV.com, la cheffe confirme qu'elle a depuis été contrainte de fermer son établissement. "Le but n'était pas de s'opposer aux règles. Le but était juste de poser des questions", explique-t-elle.

"Ça m'énervait qu'on m'oblige à fermer comme ça en claquant des doigts alors que les supermarchés étaient bondés de monde. Ça me fâchait aussi qu'on me mette devant le fait accompli, qu'on ne nous explique pas quoi faire. Je voulais que mon personnel puisse rentrer confiant. Il était inquiet. Je voulais que mes clients aient des explications."

"Il faut des solutions pour aider ceux qui vont avoir des problèmes"

"Je ne cherche pas des solutions pour gagner de l'argent, martèle la cheffe. Je posais des questions que tous les indépendants, que toutes les entreprises se posent", insiste-t-elle. "Aujourd'hui, il faut des solutions pour aider ceux qui vont avoir des problèmes. Je pense à nos anciens, aux personnes qui ne peuvent pas se déplacer, aux personnes sans domicile fixe. Que faire aujourd'hui?" 

Elle réfléchit dès à présent comment les aider: "J'imagine que la cuisine du restaurant va servir à faire des repas pour des personnes âgées. On va essayer de s'organiser avec la mairie pour peut-être apporter des repas. J'ai envie de proposer mon aide aux hôpitaux. On réfléchit pour ne pas rester sans rien faire et survivre à la crise." 

Jérôme Lachasse