BFMTV

Quand Madonna se compare à Pablo Picasso

Dans une récente interview, Madonna a comparé sa carrière à celle de Pablo Picasso.

Dans une récente interview, Madonna a comparé sa carrière à celle de Pablo Picasso. - Christopher Polk - Getty Images North America - AFP

Dans une interview accordée à Billboard, celle que l'on surnomme "la Reine de la pop" a expliqué vouloir continuer à chanter le plus longtemps possible. Citant en exemple le célèbre peintre espagnol.

"La créativité n'a pas de date d'expiration." La petite phrase est signée Madonna. Dans une récente interview accordée à Billboard, la chanteuse de 56 ans s'est dite prête à chanter et à créer le plus longtemps possible, se comparant par la même occasion à l'un des artistes les plus importants du XXe siècle, Pablo Picasso.

Aux dires de celle que l'on surnomme "la Reine de la pop", tout n'est qu'une question d'inspiration. "J'aime me comparer à d'autres genres d'artistes, comme Picasso", a-t-elle ainsi déclaré. "Il a continué de peindre et de peindre jusqu'au jour de sa mort. Pourquoi? Car je pense qu'il s'est senti inspiré. La vie l'a inspiré, donc il a continué de s'exprimer, et c'est ce que je ressens", a poursuivi la chanteuse américaine.

32 ans de carrière, et ce n'est pas fini...

Après plus de trente ans de carrière, son premier album Madonna étant sorti en 1983, la chanteuse de 56 ans souhaite ainsi continuer sa carrière aussi longtemps que possible. "Je pense qu'on peut continuer jusqu'à ce qu'on n'ait plus rien à dire," a encore ajouté à ce titre l'interprète de Like A Virgin.

Avec la sortie de son 13e album, Rebel Heart, cette année, Madonna vit une année riche en actualité. Outre sa mémorable chute lors de la dernière cérémonie des Brit Awards et son baiser fougueux avec le rappeur Drake à Coachella, la pop star' débutera en septembre une immense tournée internationale avec plus de 60 dates en Amérique du Nord, en Europe, en Asie et en Océanie. Deux spectacles sont par ailleurs programmés à Paris Bercy, les 9 et 10 décembre prochains.

Jé. M.