BFMTV

Israël: le top model Bar Refaeli menacée d'inculpation pour fraude fiscale

Bar Refaeli en janvier 2015

Bar Refaeli en janvier 2015 - Frederick M. Brown - GETTY IMAGES NORTH AMERICA - AFP

La mannequin de 33 ans est soupçonnée de ne pas avoir déclaré des revenus perçus à l'étranger entre 2009 et 2012 d'une valeur totale de 23 millions de shekels (soit 5.4 millions d'euros).

Bar Refaeli dans le viseur de la Justice israélienne. Celle-ci envisage d'inculper le célèbre top model pour fraude fiscale, et ses parents pour blanchiment d'argent, selon un communiqué publié jeudi par le ministère de la Justice.

Convoquée avec ses parents pour une audition

La mannequin de 33 ans est soupçonnée de ne pas avoir déclaré des revenus perçus à l'étranger entre 2009 et 2012 d'une valeur totale de 23 millions de shekels (soit 5.4 millions d'euros). Ses parents, Tzipi et Rafi Refaeli, sont soupçonnés de blanchiment d'argent et seront convoqués, comme leur fille, pour une audition avant leur éventuelle mise en examen.

"Le Parquet a informé Bar Refaeli, Tzipi Refaeli et Rafi Refaeli, qu'il envisage de les inculper pour des fautes fiscales", annonce le communiqué.

Les citoyens israéliens résidant à l'étranger ne sont pas contraints de déclarer leur revenus à l'extérieur du pays. Or les autorités israéliennes accusent le top model et sa mère d'avoir créé une résidence fictive à l'étranger afin de passer entre les mailles fiscales israéliennes et de payer moins d'impôts. 

Bar Refaeli, accusée d'avoir menti sur son lieu de résidence fiscal, avait déjà été arrêtée puis libérée sous caution en 2015.

Un mannequin qui défraie souvent la chronique

Les autorités accusent également la top-modèle d'avoir vécu dans des appartements de luxe enregistrés sous les noms de sa mère et de son frère. Elle est aussi suspectée de ne pas avoir déclaré des faveurs comme le prêt d'appartements de luxe ou de voitures d'une valeur de "plus d'un million de shekels" (235.000 dollars), a précisé le ministère de la Justice.

Bar Refaeli, mariée à l'homme d'affaire israélien Adi Ezra, avait déjà eu affaire aux autorités israéliennes dans le passé. En 2010, un général avait appelé la population à boycotter les produits qu'elle vantait dans des publicités à la suite de son refus de faire ses deux ans de service militaire obligatoire.

La mannequin qui défraie souvent la chronique a été choisie récemment pour animer la cérémonie de l'Eurovision en Israël en 2019.

N.B. avec AFP