BFMTV

"De l'abandon pur": Muriel Robin tacle Macron sur la question des violences faites aux femmes

Muriel Robin en 2013

Muriel Robin en 2013 - Gonzalo Fuentes - POOL - AFP

Dans l'émission Vivement Dimanche, la comédienne a dénoncé l'inaction du gouvernement, qui fait selon elle "le minimum" pour lutter contre les féminicides.

Fermement engagée dans la lutte contre les violences faites aux femmes, Muriel Robin a déjà interpellé le gouvernement à plusieurs reprises sur cette difficile question. En juillet dernier, sur le plateau de BFMTV, la comédienne qui a tenu le rôle de Jacqueline Sauvage au petit écran a dénoncé le manque d'action dans ce domaine, et a notamment posé une question à Emmanuel Macron: "Je dis au président: combien coûte la vie d'une femme?"

Invitée de l'émission Vivement Dimanche le 25 août, Muriel Robin a de nouveau interpellé le président de la République sur la question des violences conjugales.

"J'ai posé la question lors d'une manifestation à République, j'ai demandé à notre président, pour lui, combien coûtait la vie d'une femme? Je n'ai pas eu la réponse. Mais j'aimerais bien, parce qu'il semble pour l'instant, qu'elle ne coûte pas très cher", a déploré l'actrice depuis le canapé rouge de Michel Drucker.

"Il faut mettre les moyens"

Muriel Robin a également comparé l'inaction, selon elle, du gouvernement en matière de violences faites aux femmes et de féminicides à de "l'abandon pur". "Il faut mettre les moyens parce que cette femme ça peut être notre soeur, notre amie, notre cousine, notre voisine, notre mère (...) Ces femmes sont abandonnées, c'est de l'abandon pur", a-t-elle estimé, alors que 91 cas de femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint ont déjà été recensés depuis 2019.

"Pour les femmes, on est au minimum du minimum. Il faut vraiment que quelque chose soit mis en place pour qu’un autre cauchemar ne commence pas", a lancé Muriel Robin.

Sur cette question, Marlène Schiappa a notamment annoncé en juillet qu'un "Grenelle des violences conjugales" s'ouvrirait 3 septembre, soit la semaine prochaine, à Matignon pour "construire des mesures encore plus efficaces, au plus près du terrain".

Juliette Mitoyen