BFMTV

Maléfique: quand Disney bascule du Côté Obscur

Angelina Jolie dans Maléfique 2

Angelina Jolie dans Maléfique 2 - Copyright 2019 Disney Enterprises, Inc. All Rights Reserved

Contrairement à la majorité des productions Disney, qui mettent en scène l’affrontement entre le Bien et le Mal, Maléfique: Le Pouvoir du mal raconte la lutte entre deux formes très différentes de Mal.

"Ceci n’est pas un conte de fées", dit Michelle Pfeiffer, alias la reine Ingrith, dans une scène cruciale de Maléfique: Le Pouvoir du mal, au cinéma ce mercredi 16 octobre. Contrairement à la majorité des productions Disney, qui mettent en scène l’affrontement entre le Bien et le Mal, le blockbuster inspiré de La Belle au bois dormant raconte la lutte entre deux formes complètement différentes de Mal. 

Quelques mois après les morts [spoilers] de Tony Stark (Iron Man) et Natalia Alianova (Black Widow) dans Avengers Endgame, Disney tente-t-il d’introduire des nuances dans son joli royaume? Malgré son caractère résolument maléfique, le personnage incarné par Angelina Jolie est en effet plus une misanthrope qu’un être démoniaque, explique le réalisateur Joachim Ronning: 

"C’est pour cette raison que Maléfique fascine tant: elle est malfaisante, elle a un côté obscur, elle peut vous tuer, mais elle est aussi très drôle! Elle a un sens de l’humour pince sans rire. Et elle est très compatissante. Elle aime Aurore." 

Le cinéaste poursuit: "Ce qui m’a surpris en regardant le premier film, c’est à quel point il m’a ému. Pour Angelina Jolie, comme pour moi, ce qui était le plus intéressant était d’explorer davantage cette relation mère-fille entre Maléfique et Aurore. C’est un film à grand spectacle, mais il ne vaut rien si vous ne pouvez pas vous attacher aux personnages. C’est cette dualité qui nous fait tant aimer Maléfique."

"Nous reconnaître en Maléfique"

Une dualité également présente dans le personnage de la reine Ingrith, alias Michelle Pfeiffer. Animée par des velléités militaristes et destructrices, elle est aussi la mère aimante du prince Philippe, le futur époux d’Aurore: "Elle ne peut pas être entièrement méchante, sinon c’est ennuyeux", précise le metteur en scène. 

Si Disney a toujours la réputation de vouloir aseptiser ses histoires pour qu’elles soient acceptées par le plus grand nombre, le studio a souvent créé des personnages terrifiants qui ont hanté des générations d’enfants… Maléfique s’inscrit dans la lignée de vilains de Disney assez cruels, comme Scar, Cruella, Ursula ou encore Shere Khan.

"Shere Khan était le mal incarné, mais c’est un animal, c’est son instinct… comme Scar. Je crois que les enfants et le public en général sont suffisamment sophistiqués pour comprendre cette zone grise entre le bien et le mal qui nous fascine et nous permet de nous reconnaître en Maléfique", analyse de son côté Sam Riley, qui incarne Diaval, le corbeau acolyte de Maléfique. 
Angelina Jolie dans Maléfique 2
Angelina Jolie dans Maléfique 2 © Copyright 2019 Disney Enterprises, Inc. All Rights Reserved.

"L’homme contre la nature"

Sous ses airs de conte de fées, Maléfique: Le Pouvoir du Mal évoque des sujets importants comme la défense de l’environnement. Ostracisée puis laissée pour morte par la société des humains, Maléfique est recueillie par une race de créatures comme elle. Cette tribu oubliée a été imaginée par Angelina Jolie et les scénaristes du film comme le symbole de la nature que nos actions détruisent peu à peu.

"Les looks de ces fées noires sont inspirés de la nature: du désert, de la jungle, de la toundra. Les thématiques sous-jacentes du premier film comme de celui-là est l’homme contre la nature", confirme le réalisateur Joachim Ronning.

“Quand je suis arrivé sur le plateau, maquillé comme le personnage, j’ai été vraiment époustouflé de constater à quel point nous avions tous l’air différents. Malgré cela, nous avions tous l’air d’appartenir à la même tribu, comme une communauté en péril”, poursuit de son côté Chiwetel Ejiofor, qui incarne un membre clef de cette tribu.

Chiwetel Ejiofor dans Maléfique 2
Chiwetel Ejiofor dans Maléfique 2 © Copyright 2019 Disney Enterprises, Inc. All Rights Reserved

"Le reflet de notre époque" 

D’autres thèmes d’actualité sont abordés dans Maléfique 2, comme la situation au Rio Grande, le long de la frontière mexico-étasunienne. Dans le film, deux royaumes sont séparés par un fleuve. Le premier, situé à l’ouest, appartient à Maléfique et est habité par des créatures magiques. Le second, situé à l’est, est le royaume des humains, qui craignent ces êtres en apparence si différents d’eux. "Vous pouvez dresser des parallèles avec la société contemporaine", glisse Joachim Ronning, avant de laisser la parole à Chiwetel Ejiofor: 

"On n’en parlait pas sur le tournage, mais quand on a découvert le film, toutes ces thématiques sont devenues évidentes: la peur de l’autre, la ségrégation, ce besoin d’une intégration... cela reflète notre époque." 

"Le réalisateur voulait que ça transparaisse à l’écran", renchérit Harris Dickinson, qui joue le prince Philippe: "Ça vient non seulement du scénario mais aussi de la manière dont ont évolué les personnages. Avec Elle [Fanning, qui joue Aurore], on s’est beaucoup investi, on a beaucoup réfléchi là dessus, on a posé plein de questions: nous voulions apporter des changements, s’assurer que les choses soient le reflet de notre époque." 

Angelina Jolie confirme quant à elle que le personnage de la reine Ingrith a bien été inspiré par un certain président américain. 

"Nous avons aussi parlé de ces dirigeants, comme le personnage que joue Michelle, qui sont très agressifs et cruels, parce qu’ils ont peur et sont ignorants... Le film parle aussi de la force de la diversité. Ces thématiques revenaient régulièrement dans nos discussions. On se demandait ce que nos personnages représentaient, ce que l’histoire pouvait représenter."
Jérôme Lachasse