BFMTV

Le réalisateur Tim Miller s'exprime après le flop retentissant de Terminator Dark Fate

Arnold Schwarzenegger dans Terminator: Dark Fate

Arnold Schwarzenegger dans Terminator: Dark Fate - Copyright 2019 Twentieth Century Fox

Le réalisateur du sixième volet de la franchise Terminator s'exprime après l'échec de son film. Il en raconte le tournage mouvementé.

Réalisateur de Deadpool et de Terminator Dark Fate, Tim Miller est revenu en détail dans la presse américaine sur le flop retentissant du sixième film de la saga avec Arnold Schwarzenegger. Censé être le grand retour de la franchise après plusieurs épisodes accueillis fraîchement, Dark Fate a rencontré le mois dernier un sombre destin, avec à peine 250 millions de dollars de recettes au box office mondial.

"Je suis certain que nous pourrions écrire un livre sur les raisons pour lesquelles ce film n'a pas fonctionné", s'est amusé Tim Miller au micro de la radio KCRW. "Je ne sais pas encore pourquoi [ça n'a pas fonctionné] et j'y réfléchis toujours, mais je suis très fier du film". Il ajoute, à propos des critiques formulées contre le blockbuster:

"Les choses que les gens semblent détester le plus avec le film sont des choses que je ne pouvais pas contrôler. Je ne pouvais pas contrôler le fait que vous n'aimez pas Genysis [Terminator 5] et Terminator 4. Je ne peux rien y faire", poursuit Tim Miller, qui dit avoir tenu tête à James Cameron et à David Ellison, le patron de Skydance, qui a produit également le film.

Désaccord sur la fin

Selon lui, les conflits avec James Cameron portaient sur les dialogues qu'il trouvait "poétiques et belles" et que le créateur de la série n’appréciait pas. "Je me battais pour telle ou telle réplique, parce que c'était important pour moi. Mais est-ce que le public y prête attention? Probablement pas", déplore-t-il.

Le réalisateur et son producteur étaient en désaccord pour la fin. Tim Miller souhaitait que Legion, la nouvelle version de Skynet, l'emporte sur les humains. Ce que James Cameron ne voulait pas. "Le sang des batailles pour le contrôle créatif du film est encore en train d'être enlevé des murs", avait déclaré James Cameron en octobre dernier au site CinemaBlend. "Ce film a été forgé dans le feu."

Tim Miller, qui supervise chez Netflix la série Love, Death & Robots, n'envisage pas de retravailler James Cameron. Les deux hommes sont cependant en bons termes: "Ce n'est pas lié à un quelconque traumatisme. C'est juste que je ne veux plus être dans cette situation où je n'ai pas de contrôle sur ce que j'estime être le bon choix." C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il a refusé de réaliser Deadpool 2: "Il était devenu évident que Ryan [Reynolds] voulait contrôler la franchise. Certains peuvent travailler ainsi, moi non."

Jérôme Lachasse