BFMTV

Le Château de Cagliostro: le chef d'œuvre de Hayao Miyazaki sort pour la première fois au cinéma

Le Château de Cagliostro de Hayao Miyazaki

Le Château de Cagliostro de Hayao Miyazaki - Monkey Punch All Rights Reserved / TMS All Rights Reserved

Le premier long-métrage du réalisateur du Voyage de Chihiro sort pour la première fois au cinéma le mercredi 23 janvier.

Il y a quarante ans sortait dans les salles japonaises Le Château de Cagliostro. Edité en DVD depuis plusieurs années, le premier long-métrage réalisé par Hayao Miyazaki n'avait jamais connu en France les honneurs d'une sortie en salles. C'est désormais chose faite grâce au distributeur Splendor Films qui propose une version restaurée de cette trépidante aventure policière. 

1979. Alors âgé de 38 ans, le réalisateur n'a pas encore fondé le studio Ghibli, mais a déjà une longue carrière derrière lui. Né en 1941, il travaille dans l'animation depuis 1963, année de son entrée au studio Toei. En 1964 a lieu sa rencontre décisive avec Isao Takahata, le futur réalisateur du Tombeau des lucioles. Miyazaki le rejoint en 1965 sur son premier long-métrage Horus, prince du Soleil. L'œuvre, qui refuse tout manichéisme, se solde cependant par un échec commercial. 

Les deux amis, pourtant, restent liés. En 1971, Miyazaki quitte la Toei et rejoint Takahata au studio A-Pro Telecom. Il y prépare une version animée de Fifi Brindacier, mais doit abandonner lorsque les droits d'adaptation lui sont refusés par l'autrice du roman Astrid Lindgren.

Le petit-fils d'Arsène Lupin?

En 1972, son travail est réutilisé sur Panda Petit Panda de Takahata, brouillon de Mon Voisin Totoro et de Ponyo sur la falaise, où Miyazaki officie comme responsable du design et du scénario. Pendant ces années, Miyazaki perfectionne son sens de la narration en réalisant la série Conan, le fils du futur et plusieurs épisodes de Lupin III, dont Le Château de Cagliostro est dérivé. 

Très populaire au Japon, cette série est l'adaptation d'un manga de Monkey Punch créé en 1967. Inspiré de Maurice Leblanc et de son célèbre Arsène Lupin, Lupin III imagine les aventures du petit-fils du gentleman cambrioleur. Le personnage héritera en France, pour des questions de droits, du nom d'Edgar de la Cambriole.

Violence et érotisme

Toujours accompagné par ses amis Jigen et Goemon, Lupin/Edgar se présente comme un héros jouisseur et cynique, à la recherche des trésors cachés dans le monde. Monkey Punch ne lésine pas sur la violence et l'érotisme. Les adaptations cinématographiques seront plus chastes - en particulier celle de Miyazaki.

Au début de l'année 1979, il est engagé par le studio TMS. Il doit réaliser la suite d'Edgar de la Cambriole: Le Secret de Mamo, premier film dérivé de la série qui a fait un carton en décembre 1978 au box-office nippon. A la fois au scénario, au design, au storyboard et à la réalisation, Miyazaki débute la production en mai. Sept mois plus tard, en décembre, le film sort en salles. Si le film rencontre le succès, Miyazaki, éternel insatisfait, estime n'avoir pas eu assez de temps pour le peaufiner.

Affiche du Château de Cagliostro.
Affiche du Château de Cagliostro. © Splendor Films

A l'écran, le cinéaste parvient à imposer ses obsessions sans pour autant dénaturer le cœur de l'œuvre d'origine. On y retrouve, comme dans Le Château dans le Ciel, Porco Rosso ou encore Le Château ambulant, son amour pour les petits états européens des Alpes. Un reste de son travail sur la série Heidi de son grand ami Takahata.

Une course-poursuite inaugurale époustouflante

Miyazaki, qui travaille pour l'unique fois de sa carrière avec le compositeur Yūji Ōno, rend hommage dans Cagliostro au cinéma européen et français. Le château où se déroule l'intrigue fait ainsi penser à celui du Roi et l'Oiseau de Paul Grimault et Jacques Prévert en 1953, dont Miyazaki a vu la première version intitulée La Bergère et le Ramoneur.

Pour les séquences situées sur les toits du château, Miyazaki se serait inspiré de son propre travail sur la fin du Chat botté de Kimio Yabuki, sur lequel il a travaillé, précise Gaël Breton dans L'œuvre de Hayao Miyazaki (Third Edtiion). Pour certaines scènes nocturnes, il s'inspire aussi de La Main au collet de Hitchcock.

Les personnages, et notamment l'ingénue Clarisse, ressemblent aux futures "stars" de ses prochains films. Son univers graphique est déjà bien en place et le réalisateur impressionne le public avec une course-poursuite inaugurale époustouflante. Célébrée notamment par le réalisateur oscarisée Guillermo Del Toro, elle reste un modèle du genre quarante ans après.

Jérôme Lachasse