BFMTV

Cannes 2013: "La vie d'Adèle" d'Abdellatif Kechiche remporte la Palme d'or

Le jury est arrivé

Le jury est arrivé - -

L'actrice française Bérénice Béjo a elle remporté le prix d'interprétation féminine pour son rôle dans "Le Passé" d'Asghar Farhadi.

Une passion brûlante entre deux jeunes femmes, "La vie d'Adèle" du Franco-tunisien Abdellatif Kechiche, a remporté dimanche la Palme d'or du 66e festival de Cannes, une première pour un film qui parle aussi ouvertement et crûment d'homosexualité.

La France, qui repart également avec le prix d'interprétation féminine pour Bérénice Bejo dans "Le Passé", n'avait pas remporté la Palme d'or depuis 2008 pour "Entre les murs" de Laurent Cantet.

Juste avant d'annoncer le vainqueur, le réalisateur américain Steven Spielberg a expliqué que son jury avait décidé d'agir différemment "en honorant trois personnes pour le prix - Abdellatif Kechiche, Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux", qui sont montés ensemble sur scène où ils sont tombés dans les bras les uns des autres.

19h55 - Le palmarès complet:

- Palme d'or: le Franco-tunisien Abdel Kechiche et ses deux actrices pour "La vie d'Adèle"

- Grand prix: "Inside Llewyn Davis" des Américains Joel et Ethan Coen

- Prix d'interprétation féminine: la Franco-argentine Bérénice Bejo dans "Le Passé"

- Prix d'interprétation masculine: l'Américain Bruce Dern dans "Nebraska"

- Prix de la mise de scène: le Mexicain Amat Escalante pour "Heli"

- Prix du scénario: le Chinois Jia Zhangke pour "A touch of sin"

- Prix du Jury: le Japonais Hirokazu Kore-Eda pour "Tel père, ton fils"

- Caméra d'or: le Singapourien Anthony Chen pour "Ilo Ilo"

- Palme d'or du court métrage: le Sud-coréen Byoung-gon Moon pour "Safe"

19h50 - La cérémonie des récompenses est terminée avec la venue de tous les primés sur scène.

19h43 - "La vie d'Adèle" d'Abdellatif Kechiche remporte la Palme d'or remise par Uma Thurman. Le réalisateur Abdellatif Kechiche et ses deux actrices Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux se sont vus décerner ensemble la Palme d'Or du 66e festival de Cannes

Les actrices en pleurs et le réalisateur ont été longuement ovationnés pour ce film racontant la passion brûlante entre deux femmes.

"Je voudrais dédier ce prix, ce film à cette belle jeunesse de France qui m'a beaucoup appris sur l'esprit de liberté", "le vivre-ensemble", ainsi qu'à "une autre jeunesse, de la révolution tunisienne, pour leur aspiration à vivre eux aussi librement, et aimer librement", a déclaré le cinéaste visiblement ému et heureux.

"Nous avons été privilégiés de voir ce film, et non gênés (...) C'est l'histoire d'un amour profond, magnifique. Le réalisateur n'a pas du tout bridé le récit. Nous étions sous le charme du film, avec des actrices formidables. Le réalisateur a permis aux personnages de prendre réellement vie", a déclaré Steven Spielberg lors de la conférence de presse suivant la cérémonie de clôture.

19h40 - Les frères Coen, absents de la cérémonie, remportent le Grand Prix du Jury pour le film "Inside Llewyn Davis". C'est un film nostalgique et drôle sur le Greenwich village de 1961 et la musique folk qui commençait tout juste à y résonner.

Dans ce film bourré d'humour où la musique occupe une place centrale tout comme les chansons interprétées en direct, l'étoile montante du cinéma américain, Oscar Isaac, se révèle un musicien et chanteur de folk accompli, tandis que la pop star Justin Timberlake, son ami dans le film, quitte la pop pour la musique folk avec une contagieuse jubilation.

19h35 - Le prix de la mise en scène au Mexicain Amat Escalante pour "Heli".

19h32 - Le prix du Jury au Japonais Hirokazu Kore-Eda pour "Tel père, tel fils". "Tel père, tel fils" raconte l'histoire d'une "famille idéale" japonaise, qui vole en éclats quand la maternité de l'hôpital apprend aux parents que leur véritable enfant a été échangé à la naissance avec un autre.

19h30 - Le réalisateur chinois Jia Zhangke, 43 ans, remporte le prix du scénario pour son film choc "A touch of sin" (un soupçon de péché), qui s'attache a dépeindre l'envers du décor en Chine.

Dans cette sombre fresque épique, il montre la violence d'une société en plein boom économique minée par la corruption, la pauvreté et la violence.

19h26 - Bérénice Béjo remporte le prix d'interprétation féminine pour "Le Passé" d'Asghar Farhadi. En pleurs, l'actrice de 36 ans a remercié Asghar Farhadi pour son rôle dans ce drame familial étouffant.

19h22 - Bruce Dern remporte le prix d'interprétation masculine pour son rôle dans le film "Nebraska". L'acteur de 76 ans est récompensé pour son rôle de vieil homme acariâtre dans le film du réalisateur Alexander Payne.

Le cinéaste américain a reçu le prix au nom de Bruce Dern, absent de la cérémonie.

19h18 - Emmené par Steven Spielberg, le jury entre en scène.A ses côtés, l'actrice indienne, Vidya Balan, la réalisatrice japonaise, Naomi Kawase, l'actrice australienne, Nicole Kidman, la scénariste et productrice britannique, Lynne Ramsay, l'acteur français, Daniel Auteuil, le réalisateur taïwanais, Ang Lee, le réalisateur roumain, Cristian Mungiu et l'acteur autrichien, Christopher Waltz.

19h15 - La "Caméra d'or" est remise à Anthony Chen pour "Ilo Ilo" par Agnès Varda, présidente du jury de cette catégorie de la Quinzaine des réalisateurs.

Il s'agit d'une première pour un réalisateur venu de Singapour. Anthony Chen est un ancien critique cinéma.

Avec "Ilo ilo", il passe en revue tous le spectre des sentiments dont la jalousie, mais aussi l'humiliation qui sous-tend les relations entre l'employée de maison et la mère de famille, s'estimant déposséder de ses prérogatives.

19h12 - Deux mentions spéciales mais c'est le court métrage "Safe" de Moon Byoung-Gon qui remporte le prix. Le court métrage de 13 minutes évoque une vendeuse de billets de loterie, dont les arnaques sont découvertes et qui cherche à échapper à ceux qu'elle à spoliés.

19h10 - La première palme, celle du court métrage, va être remise par Jane Campion et l'acteur danois Mad Mikkelsen.

19h06 - La maîtresse de cérémonie Audrey Tatou prend la parole et admet, avec une pointe d'ironie, un "pincement au coeur".

18h56 - La palme, 118 grammes d'or très convoités. 118 grammes d'or jaune montés sur un socle de cristal de roche d'un kilo taillé à la main en forme de diamant: la très convoitée Palme d'or du festival de Cannes a été créée en 1955 pour remplacer un "Grand prix" matérialisé par un diplôme.

Selon la petite histoire, le choix de la Palme s'est imposé en référence aux palmiers de la Croisette. La première récompense a distingué le film "Marty" de l'Américain Delbert Mann.

Le jury était alors présidé par Marcel Pagnol.

18h50 - L'ex-mannequin, devenue comédienne, Laëtitia Casta, qui doit remettre un prix, arrive.

18h45 - Les stars sont sur le tapis rouge. En compétition ou non, les stars mondiales du cinéma sont à Cannes ce dimanche et commencent à monter les marches pour prendre place dans le Grand Théâtre des Lumières en vue de la cérémonie de clôture de l'édition 2013.

18h40 - Le jury a passé la journée en "conclave". Le jury s'est retiré pour délibérer dimanche matin dans l'intimité d'une villa cannoise mais le président du Festival, Gilles Jacob, a twitté l'ensemble de la journée.

Ci-dessous le président Steven Spielberg tente de convaincre ses camarades.

Le président Spielberg twitter.com/jajacobbi/stat...
— gilles jacob (@jajacobbi) 26 mai 2013


A VOIR: >> EN IMAGES - Cannes: sous les paillettes, les stars

S. A.