BFM Paris

Démission de Christophe Girard: Emmanuel Grégoire réclame "des excuses" des écologistes

Des pancartes "Bienvenue à Pédoland" ont été brandies devant l'Hôtel de Ville pour réclamer la démission de Christophe Girard.

Des pancartes "Bienvenue à Pédoland" ont été brandies devant l'Hôtel de Ville pour réclamer la démission de Christophe Girard. - BFM Paris

Le premier adjoint d'Anne Hidalgo demande à ce que les élus écologistes qui ont participé à une manifestation demandant la suspension de Christophe Girard s'excusent. Des banderoles "bienvenue à Pédoland" avaient été brandies.

Le nouveau mandat d'Anne Hidalgo débute avec des dissensions autour de sa majorité. "Nous avons un problème", reconnaît franchement ce vendredi Emmanuel Grégoire, invité de Franceinfo. Le premier adjoint a prévu d'avoir une explication avec les écologistes, membres de sa majorité, après la démission de Christophe Girard, maire adjoint en charge de la Culture.

"Ca va être plus qu'une explication, nous avons un problème. Nous souhaitons clarifier les relations de travail. Quand on travaille ensemble, il faut respecter les autres et en l'occurence il y a eu un manque de respect évident", insiste Emmanuel Grégoire.

Depuis plusieurs jours, Christophe Girard faisait l'objet de demandes de suspension de la part d'élus écologistes et de féministes pour ses liens supposés avec l'écrivain Gabriel Matzneff, poursuivi pour viols sur mineurs. Si Christophe Girard a été entendu comme témoin en mars, "rien ne lui est reproché dans la procédure judiciaire en cours", rappelle ce vendredi Emmanuel Grégoire.

"Nous demandons des excuses"

Après la démission de Christophe Girard, Anne Hidalgo s'est dite "écoeurée". Un sentiment que partage son premier adjoint qui dénonce "des excès" des écologistes mobilisées, visant notamment l'élue du XIIe Alice Coffin. En cause, la participation à un rassemblement d'une trentaine de personnes devant l'Hôtel de ville jeudi.

Une manifestation au cours de laquelle des banderoles "bienvenue à Pédoland" ou encore "pédo en commun", détournement du slogan de campagne Paris en Commun, avaient été brandies. "Il y avait des pancartes qui étaient inadmissibles", résume Emmanuel Grégoire.

"Nous allons demander des excuses à Alice Coffin et à nos partenaires écologistes, non pas sur la mobilisation mais sur les excès. Nous demandons des excuses", martèle le premier adjoint d'Anne Hidalgo.

De son côté Christophe Girard avait d'ores et déjà annoncé cette semaine qu'il allait déposer plainte pour diffamation. Une plainte qu'il a décidé de maintenir après sa démission.

Dans l'affaire Matzneff, le désormais ex-adjoint à la Culture avait été entendu à propos du soutien financier à l'écrivain de la maison Yves Saint-Laurent, dont Christophe Girard était le secrétaire général entre 1986 et 1987.

https://twitter.com/caroleblanchard Carole Blanchard Cheffe de service BFM Régions