BFM Paris Île-de-France
Paris Île-de-France

Covid-19: l'Île-de-France enregistre un taux d'incidence de plus de 1200 cas pour 100.000 habitants

Un soignant intervient auprès d'un malade du Covid dans une unité d'urgence à l'hôpital de la  Pitié-Salpetrière à Paris, le 30 novembre 2021. (Photo d'illustration)

Un soignant intervient auprès d'un malade du Covid dans une unité d'urgence à l'hôpital de la Pitié-Salpetrière à Paris, le 30 novembre 2021. (Photo d'illustration) - Thomas SAMSON © 2019 AFP

C'est la région qui enregistre à ce jour le taux d'incidence le plus élevé. Le nombre de cas en 24h au niveau national a quant à lui été multiplié par 10 en un mois.

La septième vague de Covid-19 est virulente en Île-de-France. Même si tout l'Hexagone est touché, c'est la région qui enregistre à ce jour le taux d'incidence le plus élevé, avec plus de 1200 cas pour 100.000 habitants, a rapporté le ministre de la Santé François Braun ce mardi.

Il était de 907 cas pour 100.000 habitants à la fin du mois de juin. Ce mardi, c'est Paris et les Hauts-de-Seine qui enregistrent le taux d'incidence le plus élevé en Ile-de-France avec respectivement 1519 cas pour 100.000 habitants dans la capitale, et 1454 cas dans les Hauts-de-Seine.

Le nombre de cas en 24h au niveau national a quant à lui été multiplié par 10 en un mois, passant de 20.542 le 5 juin dernier, à plus de 200.000 cas ce mardi 5 juillet.

Le port du masque fait débat

Ce fort rebond peut s'expliquer notamment par l'arrivée de nouveaux variants d'Omicron, plus contagieux que les précédents.

Dans ce contexte et près d'un mois après la levée de l'obligation du port du masque dans les transports, le sujet fait à nouveau débat. Le ministre de la Santé François Braun a d'ailleurs recommandé de "mettre son masque dans les lieux bondés et les transports en commun". Un avis que plusieurs personnalités politiques et personnel médical partagent, comme l'adjointe à la mairie de Paris en charge de la santé Anne Souyris, ou encore le chef des urgences de l'Hôpital Lariboisière Eric Revue.

Invité de BFM Paris-Île-de-France ce mardi, Eric Revue s'inquiète de ce rebond épidémique dans la région, à l'heure où la tension hospitalière est "assez importante" notamment dans les services d'urgences.

Des mesures pour désengorger les hôpitaux?

C'est en ce sens que l'Agence Régionale de Santé (ARS) Île-de-France a organisé une conférence ce mardi pour mettre en place des mesures pour désengorger les hôpitaux cet été.

Elle souhaite notamment augmenter les effectifs pour répondre aux appels d'urgence, et majorer de 15 euros la consultation pour les médecins généralistes qui accueillent les personnes orientées par le Samu.

Il est également prévu que 400 infirmières actuellement étudiantes et qui ont fini leur cursus soient immédiatement recrutées afin d'augmenter les effectifs dans les hôpitaux. Une campagne de communication va être lancée dans les prochains jours pour inciter les Français à appeler le 15 avant de se déplacer aux urgences.

Aucune déprogrammation n'est prévue pour le moment. Le pic de contamination est attendu entre la fin du mois de juillet et le début du mois d'août, selon l'ARS.

Shéhérazade Ben Essaid