BFMTV

Une "marée rouge" ravage la faune aquatique en Floride

Depuis des semaines, une "marée rouge" dévaste les espèces qui peuplent les eaux des rivages ouest de la Floride, aux Etats-Unis. L'état d'urgence a été décrété pour contrer cette crise dont on n'aperçoit pas la fin.

Alors que le phénomène traîne en longueur, la Floride fait déjà face à une catastrophe écologique. Au cours du dernier mois, plus de cent tonnes d'animaux (poissons, tortues marines, dauphins) sont venues s'échouer sur les plages de sa côte ouest. 12 dauphins ont connu ce sort depuis le 7 août dernier, un total qui n'est habituellement atteint qu'en une année complète. En cause: une "marée rouge", comme l'explique Le Monde sur son site internet ce jeudi, sévissant dans les eaux ceignant les rivages occidentaux de l'Etat depuis octobre 2017 mais qui a subi une aggravation marquée ces dernières semaines. Les choses ont empiré au point que l'état d'urgence a été décrété ce lundi par les autorités politiques locales. 

La population demande des mesures 

La "marée rouge" est due à la présence dans l'eau de la Karenia brevis, un organisme unicellulaire microscopique dont se dégage une puissante neurotoxine. Celle-ci peut même se répandre dans l'air. Les animaux sont en danger dès lors qu'ils inhalent cette neurotoxine ou ingèrent des poissons ou végétaux contaminés par cette dernière. La neurotoxine n'est pas non plus indolore pour l'être humain à qui elle peut occasionner de violents maux de tête, des accès de toux ou des crises d'asthme. 

Parmi les facteurs que l'on soupçonne d'être à l'origine du fléau, on note l'agriculture industrielle et le mauvais traitement des déchets. La population craint que cette impressionnante recrudescence de Karenia brevis dans ses flots et les rejets de poissons et autres dauphins sur la grève ne viennent freiner l'arrivée de touristes dans cette région où elle est essentielle. Ils réclament diverses mesures, comme la création de lacs de retenue afin de purifier l'eau ou la diminution de l'emploi des engrais qui encouragent l'apparition du funeste organisme. 

Robin Verner