BFMTV

Les catastrophes de plus en plus fréquentes à cause du changement climatique

L'entrée de la Cop22 à Marrakech le 8 novembre 2016

L'entrée de la Cop22 à Marrakech le 8 novembre 2016 - Fadel Senna - AFP

Davantage de sécheresses, de vagues de chaleur, de records de précipitations et d'inondations. Un rapport publié par l'ONU assure que le changement climatique a favorisé davantage "d'événements météorologiques extrêmes".

De plus en plus d'événements météorologiques extrêmes à cause du réchauffement climatique, en particulier des sécheresses et des vagues de chaleur. Ce constat d'un rapport de l'ONU devrait inciter les pays réunis à la COP 22 à Marrakech à agir vite pour éviter un emballement du système climatique.

"Le changement climatique provoqué par les activités humaines a favorisé de nombreux événements météorologiques extrêmes enregistrés entre 2011 et 2015", affirme l'Organisation météorologique mondiale (OMM) dans cette synthèse de près de 80 études publiées sur le sujet.

L'augmentation de la température moyenne mondiale a "augmenté les risques d'événements extrêmes tels que vagues de chaleur, sécheresses, records de précipitations et inondations", a souligné dans un communiqué Petteri Taalas, le secrétaire général de l'OMM.

Dix fois plus de températures extrêmes

S'il est impossible d'attribuer un événement particulier au seul changement climatique, les travaux des climatologues démontrent que les épisodes extrêmes seront plus nombreux à mesure que le réchauffement sera plus marqué. D'après l'OMM, ce phénomène, est déjà à l'oeuvre. Et la probabilité d'avoir des températures extrêmes aurait "été multipliée par dix et même plus". 

Les pays du monde entier sont réunis depuis lundi et jusqu'au 18 novembre au Maroc pour la COP 22 qui doit faciliter la mise en oeuvre de l'accord "historique" de Paris scellé l'an dernier. Ce dernier vise à limiter le réchauffement à 2°C. Au delà de ce seuil, les scientifiques estiment que de nombreuses zones seront inhabitables et redoutent un emballement des dérèglements climatiques.

Un demi-million de personnes tuées

Or, l'étude de la période 2011-2015 montre une accélération du réchauffement. Juste derrière 2014, l'année 2015 a été la plus chaude jamais enregistrée et a dépassé de plus de 1°C celle d'avant la révolution industrielle. Quant au niveau de la mer, il a gagné en moyenne 3 mm par an depuis 1993, contre 1,7 mm/an entre 1900 et 2010, sous l'effet de la fonte des glaces. 

Un phénomène coûteux en vies humaines et en dégâts matériels. En une vingtaine d'années, près de 11.000 épisodes extrêmes ont tué plus d'un demi-million de personnes dans le monde et ont coûté plus de 2.700 milliards d'euros.

Céline Hussonnois-Alaya avec AFP